Publicité

YQQ récupère le contrat d’enlèvement de graffitis

Élus
Un des employés de YQQ à l'oeuvre pour l'enlèvement de graffitis
Un des employés de YQQ à l’oeuvre pour l’enlèvement de graffitis. (photo: Facebook – YQQ)

Après avoir offert le contrat d’enlèvement de graffiti à une firme privée l’année dernière, l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve redonne ce mandat à Y’A QuelQu’un l’aut’bord du mur (YQQ) pour 2016.

Pauline Picotin, directrice générale de YQQ, et Réal Ménard, maire de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, lors de la conférence de presse. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Pauline Picotin, directrice générale de YQQ, et Réal Ménard, maire de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, lors de la conférence de presse. (photo: Marie-Eve Cloutier)

En effet, YQQ, qui s’occupait de l’enlèvement de graffitis sur le territoire de l’arrondissement depuis 2003, autant sur le domaine public que privé, avait perdu son contrat en 2015 alors que les élus avaient décidé d’aller en appel d’offres dans le but d’obtenir le meilleur prix pour enlever le plus de graffitis possible. La firme RNet avait alors décroché le contrat en offrant ses services pour la somme de 73 500 $. YQQ avait offert leurs services pour 80 000 $, soit la totalité de l’enveloppe budgétaire de l’arrondissement pour ce contrat l’année dernière.

L’entreprise d’économie sociale avait tout de même pu mettre la main sur un contrat ciblé avec l’arrondissement pour l’enlèvement de graffitis sur le domaine public seulement. En fin de compte, ces décisions ne semblent pas avoir été très avantageuses pour Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

« Nous l’avouons, nous avons fait une erreur l’an passé et nous la corrigeons. Nous sommes donc fiers de vous annoncer que l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve octroie un contrat de 155 000 $ à YQQ pour l’amélioration de la propreté visuelle et l’embellissement du cadre bâti sur le territoire », a annoncé le maire Réal Ménard en conférence de presse au bureau d’arrondissement, ce matin (lundi).

L’entreprise privée a réussi à enlever moins de 8000 m² de graffitis lors de son mandat, alors que l’objectif à atteindre était plutôt de 15 000 m².

« Nous avons eu un réflex d’appel d’offres l’année dernière afin de voir si le marché en matière de service d’enlèvement de graffitis était concurrentiel. Avec le recul, nous réalisons qu’il n’y a pas plus grand spécialiste que YQQ en la matière, autant qualitativement que quantitativement », a ajouté le maire Ménard.

Plus de 1000 interventions à venir

Avec son projet nommé D’un mur à l’autre…, Y’A QuelQu’un l’aut’bord du mur prévoit enlever 18 000 m² de graffitis, faire pas moins de 1000 interventions auprès des propriétaires et dans les parcs, en plus de s’assurer que les trois artères commerciales principales (rue Sainte-Catherine, Ontario et Sherbrooke) soient exemptes de graffitis, et réaliser 15 murs ou clôtures végétalisées, ainsi que cinq murales.

« Notre travail s’articule autour de quatre axes d’intervention, soit la sensibilisation, l’enlèvement, la prévention et les partenariats. Nous organisons des ateliers dans les écoles, dans les maisons de jeunes et les fêtes de quartier, réalisons des démonstrations de nos services d’enlèvement de graffitis et travaillons de concert avec le SPVM et TANDEM pour multiplier nos efforts », a expliqué Pauline Picotin, directrice générale de YQQ.

Même si le repérage de graffitis fait également partie des tâches de l’organisme, YQQ compte également sur la vigilance des citoyens. « Les gens peuvent nous contacter, même via les réseaux sociaux, pour nous aider à faire du repérage de graffitis », a ajouté Mme Picotin.

Deux nouvelles approches

YQQ se lance dans deux nouvelles approches afin d’enlever les graffitis dans les rues de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve cette année.

Dans un premier temps, il sera possible pour les citoyens d’emprunter une machine à pression afin qu’ils puissent procéder eux même à l’enlèvement de la peinture. Deuxièmement, YQQ souhaite tester l’application d’un produit anti-graffitis, sur 250 m² de surface.

« L’usage de ce produit est récent et la ville-centre a déjà fait des tests. Il s’agit d’une sorte d’enduit, un peu comme un verni, qui fait en sorte que les graffitis s’enlèvent facilement, seulement avec de l’eau. Une couche de produit permet de durer de trois à cinq interventions, ce qui est donc performant pour contrer les récidives », a fait valoir Pauline Picotin.

L’octroi du contrat de 155 000 $ à YQQ sera voté demain soir, 5 avril, lors de la séance du conseil d’arrondissement. L’organisme se mettra à la tâche dès le lendemain. Le service d’enlèvement de graffitis peut être joint en téléphonant au 514-529-2023, poste 223.

Vos commentaires
loading...