Publicité

Zykaa, nouveau restaurant indien dans le quartier

Économie
Harjas Anand, jeune copropriétaire du Zykaa, et sa mère Ajeef, souvent présente au restaurant ouvert depuis février sur la rue Hochelaga, pour donner un coup de main. (photo: Anne-Marie Tremblay)
Harjas Anand, jeune copropriétaire du Zykaa, et sa mère Ajeef, souvent présente au restaurant ouvert depuis février sur la rue Hochelaga, pour donner un coup de main. (photo: Anne-Marie Tremblay)

En ouvrant la porte du 8792, rue Hochelaga, les citoyens sont conviés à un voyage culinaire. Depuis le mois de février, le Zykaa, qui signifie « quelque chose que vous rêvez de manger encore » en hindi, propose un menu aux couleurs de l’Inde.

Même si l’offre alimentaire se bonifie dans le quartier, la rue Hochelaga n’avait pas encore d’enseigne indienne. Le Zykaa a pris la place d’un ancien restaurant chinois et partage son entrée avec le bar loterie vidéo, situé tout à côté. « Nous avons visité plusieurs locaux dans la ville et nous trouvions que celui-ci était d’une grandeur parfaite pour nos besoins et que l’ambiance assez conviviale », indique Harjas Anand, copropriétaire de l’établissement, en français parsemé de quelques mots d’anglais.

« C’était aussi l’occasion pour nous de participer au renouvellement du secteur et d’améliorer l’offre alimentaire », ajoute-t-il. Le jeune homme de 25 ans, mécanicien de camion lourd de formation, s’est lancé dans l’aventure avec son beau-frère et un ami. Mais c’est sous l’impulsion de sa mère, Ajeef, qu’il a décidé de tenter l’expérience. Cette dernière a été pendant plus de dix ans propriétaire du Mantra, à Longueuil. « La salle était d’une capacité de 300 personnes et c’était beaucoup. Elle a décidé de vendre », raconte Harjas.

Mais elle n’a pas jeté son tablier pour autant : aujourd’hui, elle aide ses enfants à poursuivre la tradition familiale, dans ce nouveau restaurant à taille plus humaine de l’est de Montréal. D’ailleurs, entre les écuelles dorées servant à présenter les plats, il est possible d’entendre les conversations en anglais, en français, en hindi ou même en punjabi, les quatre langues parlées par cette famille tissée serrée, un peu à l’image du secteur, constate Ajeef. « On sent vraiment un esprit de communauté dans le quartier. Les gens s’entraident et le bouche-à-oreille est fort », lance-t-elle. En effet, lors du passage du Journal de Mercier-Est, un vendredi midi, plusieurs habitués semblaient y être attablés.

Buffet et menu à la carte

Pour le moment, le restaurant propose un buffet le midi avec une quinzaine de réchauds contenant des classiques, comme la soupe dhal, le poulet au beurre ou tandoori et le bœuf masala, en plus de six spécialités végétariennes. Le repas du soir se commande à la carte et compte, entre autres, sur des plats traditionnels de Delhi, ville d’origine de la mère du copropriétaire. Des combos sont aussi disponibles.

À cela s’ajoutent livraisons, services de traiteurs et bientôt, cours de cuisine indienne. Le jeune homme ne veut pas s’arrêter là et caresse d’autres rêves pour son établissement, qui compte un maximum de 62 places. Par exemple, il aimerait bien construire une terrasse en bois, sur l’espace de stationnement situé à l’est de l’immeuble. Pour cela, il doit toutefois obtenir des autorisations de la ville. Il espère en faire un lieu de rendez-vous pour prendre un verre et écouter de la musique. « Mais les choses se construisent petit à petit », lance-t-il. Pour le moment, le bail du Zykaa s’étend sur la prochaine année.

Pour connaître les autres restaurants de la rue Hochelaga, consultez l’article qui recense les 15 établissements ayant pignon sur cette rue.

Vos commentaires
loading...