Publicité

Défi Nager pour survivre à la piscine Annie-Pelletier

Santé, Vie de quartier
Les élèves de l'école La Vérendrye participent au programme Nager pour survivre, de la Société de Sauvetage. (Photo: Éric Bolté - Ville de Montréal)
Les élèves de l’école La Vérendrye participent au programme Nager pour survivre, de la Société de Sauvetage. (Photo: Éric Bolté – Ville de Montréal)

Comment réagirait votre enfant s’il tombait par mégarde en eau profonde? Avec le défi Nager pour survivre, à la piscine Annie-Pelletier le samedi 14 mai, les petits nageurs auront l’occasion de tester leurs habiletés aquatiques.

Proposée dans le cadre Montréal Bouge, l’activité, qui se déroulera de 13 h 30 à 16 h 30, se veut avant tout ludique. Les participants seront invités à expérimenter les trois manœuvres du programme Nager pour survivre qui vise la prévention de la noyade en cas d’événement inattendu dans l’eau. « Bien sûr, nous n’avons pas la prétention de montrer ces techniques aux enfants sur une si courte période, même si on peut leur donner quelques conseils. L’idée, c’est plutôt de leur lancer le défi d’essayer », explique Raynald Hawkings, directeur général de la Société de sauvetage, organisme responsable de ce programme.

Cette activité sera donc l’occasion de sensibiliser les enfants et leurs parents quant à leurs capacités… et leurs limites, ajoute le directeur. « Car entre savoir se baigner et savoir nager, il y a une différence. Et on n’en est pas toujours conscient », souligne-t-il. Ainsi, plusieurs surestiment l’habileté à nager de leur enfant. Il espère donc inciter les parents à inscrire leur jeune à des cours de natation ou du moins, à jouer de prudence lorsqu’ils se retrouvent près d’un point d’eau, en utilisant un dispositif de flottaison, par exemple.

1-2-3… On plonge!

Les participants au défi devront d’abord se lancer dans la piscine en effectuant une roulade. Une façon de reproduire l’effet de désorientation qui se produit si on tombe dans l’eau. Les enfants devront ensuite nager sur place pendant 60 secondes. « Cela permet de reprendre le contrôle de sa respiration, car quand il a une chute, il y a toujours une montée d’adrénaline ou un choc thermique », explique M. Hawkings. Cet arrêt permet aussi de distinguer l’endroit le plus proche pour être en lieu sûr. Après, les enfants parcourront 50 mètres à la nage, soit l’équivalent de deux longueurs de piscine.

Les exercices sont calqués sur le programme Nager pour survivre offert dans les établissements scolaires par la Société de sauvetage. Cette formation, destinée principalement aux élèves de troisième année, propose trois séances en piscine pour apprendre ces mouvements, en plus d’y intégrer des notions plus théoriques. Dans le quartier, seule l’école La Vérendrye y participe cette année. Mais d’autres pourraient s’ajouter, si elles se montrent intéressées, assure Raynald Hawkings. D’ailleurs, des subventions existent à cet effet.

Mais pour élargir encore son bassin, la Société de sauvetage recherche des donateurs, comme les fondations et les entreprises. Ainsi, la Ville de Montréal a annoncé un investissement de 200 000 $ au Fonds Nager pour survivre Montréal, le 6 mai dernier. Ce montant permettra d’offrir le programme à 10 000 jeunes en 2016 et à 18 000 autres en 2017-2018. La Fondation princesse Charlène de Monaco, ancienne championne de natation sud-africaine, appuie aussi ce projet.

En bref

Défi Nager pour survivre
Piscine Annie-Pelletier
8850, avenue Dubuisson (parc Clément-Jetté Nord)
Samedi 14 mai
De 13 h 30 à 16 h 30
Activité gratuite et ouverte à tous les enfants

Vos commentaires
loading...