Publicité

Parc Carlos-d’Alcantara : une citoyenne fait le grand ménage

Environnement
Juliane Richard a décidé de nettoyer le parc Carlos-d'Alcantara. On la voit ici lors de la corvée organisée l'an dernier. (Photo: courtoisie)
Juliane Richard a décidé de nettoyer le parc Carlos-d’Alcantara. On la voit ici lors de la corvée organisée l’an dernier. (Photo: courtoisie)

Depuis la fonte des neiges, le parc Carlos-d’Alcantara laissait voir plusieurs vestiges de l’hiver, au grand déplaisir des utilisateurs. Les déchets, nombreux, ont été ramassés par une bonne samaritaine. Juliane Richard n’a fait ni une ni deux et a décidé de nettoyer l’espace vert.

Un geste qui allait de soi pour cette jeune femme, née en campagne, qui habite le Faubourg Contrecœur depuis 2013. « Ce n’est pas pour avoir des remerciements que j’ai fait cela, mais je trouve naturel de m’impliquer d’une façon ou d’une autre dans ma communauté. Chaque bon geste compte, en espérant que ça incite d’autres personnes à faire pareil », raconte Juliane Richard.

(photo: Stéphane Desjardins)

(photo: Stéphane Desjardins)

L’an passé, elle avait participé à une collecte informelle, organisée via la page Facebook des résidents du Faubourg Contrecœur. Cette année, si le comité des citoyens du secteur avait jonglé avec l’idée, rien n’était encore à l’horaire pour faire place nette. Juliane Richard a donc pris ses sacs de poubelles et a passé l’espace vert qui longe la rue Contrecœur au crible, le 6 mai dernier. « Craignant le manque de popularité de l’activité cette année, je me suis lancée à l’aventure toute seule. Une dame avec sa fille m’ont aidée quelques minutes à ramasser des résidus près des boîtes postales près du boisé à l’extrémité de la rue Contrecœur. »

(photo: Stéphane Desjardins)

(photo: Stéphane Desjardins)

La jeune femme a ratissé l’espace vert pendant deux heures trente. Plusieurs déchets, comme des papiers et des sacs, s’étaient accumulés le long de la clôture ou près des boîtes postales, une importante source de pollution dans le secteur. En effet, plutôt que de rapporter les circulaires, publicités ou autres dans leur bac, plusieurs personnes trient leur courrier et les jettent à côté des boîtes aux lettres, constate-t-elle.

Au total, elle a rempli trois sacs-poubelle ainsi qu’un autre, destiné au recyclage. Un bilan positif puisqu’en 2015, six sacs verts avaient été ramassés à Carlos-d’Alcantara. Les bénévoles avaient aussi trouvé un pneu et de l’huile usée. Autre élément à noter : l’an dernier, certains propriétaires de chien laissaient les excréments de leur animal dans le parc, explique pour sa part Annie St-Amant, qui réside juste en face de l’espace vert. « On a fait des plaintes et le problème semble réglé cette année. »

Responsabilité municipale et citoyenne

Du côté de l’arrondissement, le nettoyage des parcs est à l’horaire en ce début de printemps. On indique que ce grand ménage a été lancé en avril et prend place dans les espaces verts du secteur jusqu’à la fin du mois du mai. L’équipe commence par Hochelaga-Maisonneuve et poursuit ensuite vers l’Est.

En attendant, plusieurs corvées sont organisées par les citoyens à travers le quartier. Des résidents qui, comme Juliane Richard, font une différence sur leur environnement. « Nous vivons tous sur la même planète et j’espère seulement que les gens seront de plus en plus conscients de l’incidence de leur geste au quotidien. Je sais qu’il y a d’autres gens qui font de petits gestes semblables pour le bien-être du quartier et j’en suis très reconnaissante », conclut-elle.

Vos commentaires
loading...