Publicité

Un premier album pour une artiste du quartier

Culture
Ariane Laniel, lors du tournage du clip Mon bordel. (Photo: courtoisie)
Ariane Laniel, lors du tournage du clip Mon bordel. (Photo: courtoisie)

Résidente de Mercier-Est, Ariane Laniel réalisera son rêve alors qu’elle lancera son premier EP, un minidisque, intitulé Mon bordel, le 23 mai prochain. Rencontre avec cette jeune auteure-compositrice-interprète qui a fait partie de la première mouture de Mixmania, en 2002.

L’ambiance était détendue, dans le studio B de la Maison de la culture Mercier. Il faut dire que le journal est arrivé alors qu’Ariane Laniel et ses musiciens venaient tout juste de terminer leur dernière pratique générale avant le lancement officiel du premier album de la jeune artiste. « C’est un endroit parfait pour tester l’enchaînement des pièces, mais aussi pour voir comment bouger, comment occuper l’espace », s’exclame-t-elle, pendant qu’on s’affaire à rouler les fils et à ranger les instruments, dans la bonne humeur.

Une ambiance certainement en lien avec le fait que cet événement couronnera deux ans de travail acharné pour la jeune femme. Ce mini-album, qui sera lancé officiellement au Petit Campus le 23 mai prochain, regroupe six de ses compositions. « Beaucoup d’artistes en émergence utilisent ce concept, qui permet d’avoir une carte de visite à moindre coût. Pour ma part, je voulais y présenter mes meilleures chansons », raconte-t-elle.

Une façon aussi d’y imprimer sa couleur et son style, qu’elle décrit comme pop country. Sa rencontre avec son amoureux, aussi musicien, a été déterminante pour mener à bien son projet. D’abord, le côté country, c’est lui qui l’a apporté, puisqu’il joue banjo et mandoline. Réalisateur de l’album, il a eu de l’influence dans le son des différentes pièces, explique la chanteuse. « Je composais déjà avant de le rencontrer, mais il m’a permis d’amener ma musique plus loin. Par exemple, il m’a proposé d’ajouter de la batterie dans certains morceaux plus doux, ce qui me semblait surprenant au départ. » Un résultat qui lui a plu et qui lui a finalement permis de voir sa musique d’un autre œil.

Trouver sa place

Mon bordel, le titre de l’album, évoque le chemin parfois tortueux qu’il faut prendre pour mener à bien ses idées, ses projets, ajoute celle qui a aussi participé au Festival de la chanson de Petite-Vallée, l’été dernier. En effet, l’EP a été autoproduit grâce à ses économies, une petite subvention pour les jeunes volontaires et beaucoup d’aide d’amis. Une route qui n’est pas toujours la plus facile à parcourir, avoue Ariane Laniel. « Si c’est une voie qui est parfois sinueuse et difficile, tous les bons coups me reviennent. Et cela me permet d’avoir la liberté de faire mes choix. »

Si l’artiste rêve de faire sa place dans les radios commerciales, elle est consciente que c’est un marché difficile à percer. « Mais nous avons déjà lancé des extraits radio qui ont surtout tourné en région. » Elle mise sur un son professionnel bien à elle, des clips originaux et une image soignée pour se démarquer.

Les amateurs de musique intéressés peuvent précommander l’album, qui sera disponible dès le 20 mai sur iTunes. Mon bordel sera aussi en vente chez Archambault à partir du 11 juin prochain.

En savoir plus

Pour visionner le vidéo de Mon bordel

Sous les lampadaires, tourné en partie au parc Thomas-Chapais

Site officiel d’Ariane Laniel 

Vos commentaires
loading...