Publicité

À quand un lien cyclable digne de ce nom à l’est de Viau dans MHM ?

Transport
Le partage de la route, rue Sherbrooke. (photo: Eric Leonard - groupe Facebook Vélo d'hiver - Montréal)
Le partage de la route, rue Sherbrooke. (photo: Eric Leonard – groupe Facebook Vélo d’hiver – Montréal)

Habitant et travaillant dans l’est de Montréal depuis de nombreuses années, je suis un cycliste quatre saisons depuis à peu près cinq ans. J’ai adopté ce mode de vie par le besoin de faire de l’activité physique, de faire ma part pour notre planète et aussi par souci d’économie.

Nous entendons régulièrement la Ville de Montréal nous dire qu’il y a plus en plus de pistes cyclables à Montréal. Avez-vous jeté un coup d’œil récemment à la carte des réseaux cyclables de Montréal? On dirait du spaghetti! N’essayez pas de me faire croire que tout cela est planifié de façon globale!

Je suis devenu très méfiant face à ces annonces, car aucune, au cours des dernières années, n’est venue faciliter ma vie de citoyen-cycliste. Aucun de ces liens cyclables n’est destiné aux Montréalais du quartier Mercier–Hochelaga-Maisonneuve à l’est de la rue Viau pour permettre à ceux-ci de se déplacer facilement. En effet, il y a seulement des segments de pistes cyclables qui ne permettent pas de parcourir de grandes distances. Nul ne peut nier ce fait, mais c’est quoi la solution?

Il n’y a qu’une seule artère dans la portion nord qui traverse le quartier au complet et c’est la rue Sherbrooke.

Si je croyais au père Noël, je demanderais une belle bande cyclable unidirectionnelle sur chaussée avec bordure de chaque côté de la rue Sherbrooke. Mais n’ayant pas été un bon garçon cette année, je me contenterais d’une voie bus / taxi / véhicule électrique / vélo en direction ouest le matin lors des périodes de pointe et en direction est en période de pointe l’après-midi, sans assignation définie. Sans assignation définie veut dire que je peux rouler au centre de la voie et non être limité dans les trois pieds près du trottoir avec son lot de puisards, nids de poules et déchets.

J’invite n’importe qui à observer le flot de cyclistes grandissant sur cette artère névralgique, et je prévois que si un de nos élus décide de se faire le porteur de ballon nous verrons cette idée se réaliser vu le faible flot de bus et le faible coût (on relativise) d’installation de pancartes et de peinture. Ayant un espace dédié au transport en commun et au transport actifs, nous pouvons prédire que le flux d’usagers va augmenter, c’est certain!

En terminant, j’avais écrit un courriel de ce genre à M. Richard Celzi, conseiller de la ville du district de Tétreaultville l’année dernière, je n’ai jamais eu de retour à part un « Joyeuse période des fêtes » par courriel.

– Nickolas A. Gagnon
Citoyen de Mercier-Est

(NDLR: Le Journal de Mercier-Est se réserve le droit de publier ou non les lettres qui lui sont adressées.)

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...