Publicité

Évasion de l’asile de la Longue-Pointe

Histoire
Dortoir de l'asile de Longue Pointe (Saint-Jean-de-Dieu ) en 1911. (photo: les Badauds de Mercier-Est - FF)
Dortoir de l’asile de Longue Pointe (Saint-Jean-de-Dieu ) en 1911. (photo: les Badauds de Mercier-Est – FF)

Certaines tentatives d’évasion sont plus spectaculaires que d’autres.

Ici, on pourrait parler d’évasion… presque trop facile! De plus, les intentions du patient ne semblaient pas malveillantes du tout. Voici ce que rapportait le journal La Minerve dans ses pages en 1890 :

Une évasion qui a causé un grand émoi parmi le personnel de l’asile St-Jean de Dieu a eu lieu l’autre soir. Un des détenus, nommé James Martin, profitant du sommeil d’un des gardiens, se leva et après s’être habillé, se rendit à pas de loup jusqu’à l’alcôve et détacha les clefs qui pendaient à la ceinture du surveillant. Les corridors étaient alors déserts.

Martin, à l’aide de ces clefs, réussit à se frayer un passage jusqu’à la porte de sortie, qu’il n’eut aucune difficulté à ouvrir, et quelques instants plus tard, il cheminait dans la direction de la ville. Il se rendit ainsi jusque chez des parents demeurant rue Centre, à la Pointe St-Charles.

Tous surpris de le voir arriver à une heure avancée du matin, ils avertirent le sergent Murphy, du poste des environs. Martin fut conduit au poste et ramené à l’asile. Le trousseau de clefs reste entre les mains du sergent Watson du poste central et a été réclamé hier.

Vos commentaires
loading...