Publicité

Un candidat aux élections scolaires accusé de meurtre

Vie de quartier
Portrait officiel de Zine El Abidine Hajouji-Idrissi lors des élections scolaires de 2014. (photo: courtoisie)
Portrait officiel de Zine El Abidine Hajouji-Idrissi lors des élections scolaires de 2014. (photo: courtoisie)

Les médias ont révélé hier l’identité de l’homme de 71 ans arrêté pour homicide dans Mercier-Est: il s’agit de Zine El Abidine Hajouji-Idrissi. Ce dernier s’était présenté comme candidat dans Mercier lors des dernières élections scolaires, en 2014.

Hajouji-Idrissi a été formellement accusé du meurtre prémédité de sa belle-mère de 88 ans, survenu mardi, dans la résidence de celle-ci, rue Beaurivage. TVA Nouvelles rapporte que la dame a été tuée avec un objet tranchant.

Le beau-fils aurait été intercepté dans son véhicule par les policiers alors qu’il tentait de prendre la fuite, peu de temps après le drame, en fin d’après-midi. Il s’agit du 7e homicide à survenir à Montréal cette année.

Candidat pour le CREM

Zine El Abidine Hajouji-Idrissi, un informaticien à la retraite, avait subi une cuisante défaite lors des élections scolaires de novembre 2014.

Alors qu’il avait joint l’équipe de la Coalition du renouveau des écoles montréalaise (CREM), le résultat du scrutin le plaçait bon deuxième, mais avec un peu moins de 10 % des voix. C’est Émilie Auclair, candidate pour le MÉMO, qui a alors été élue commissaire scolaire dans Mercier, en remportant 70 % des votes.

Zine Hajouji, candidat du CREM, aux côtés d'Émilie Auclair, candidate pour le MÉMO, lors de la soirée de débat entourant les élections scolaires dans Mercier, à l'école Marguerite-De Lajemmerais. (photo: Marie-Eve Cloutier - Archives du Journal de Mercier-Est)

Zine Hajouji, candidat du CREM, aux côtés d’Émilie Auclair, candidate pour le MÉMO, lors de la soirée de débat entourant les élections scolaires dans Mercier, à l’école Marguerite-De Lajemmerais. (photo: Marie-Eve Cloutier – Archives du Journal de Mercier-Est)

Dans un communiqué publié lors de la campagne, Hajouji-Idrissi se décrivait comme « un commissaire disponible, [d’une] écoute attentive et [qui apporterait] des solutions qui répondent à vos besoins. »

Vivant dans le quartier depuis plus de 25 ans, il affirmait aussi bien connaître les enjeux des familles d’aujourd’hui.

En entrevue avec le Journal de Mercier-Est au lendemain des élections scolaire, M. Hajouji-Idrissi se disait déçu du résultat du vote, mais ajoutait qu’il s’encourageait en regardant le travail accompli.

Malgré tout, il avait affirmé qu’il allait continuer à s’impliquer auprès des écoles publiques, notamment en commençant par accompagner ses petits-enfants à l’école.

Vos commentaires
loading...