Publicité

Station Est: ouverture prévue pour octobre 2017

Immobilier
La résidence pour retraités Station Est, construite dans le Faubourg Contrecoeur, devrait être fin prête en octobre 2017. (Photo: courtoisie Groupe Maurice)
La résidence pour retraités Station Est, construite dans le Faubourg Contrecoeur, devrait être fin prête en octobre 2017. (Photo: courtoisie Groupe Maurice)

Le life-style n’est pas réservé aux gens de 30 ans. La nouvelle génération de retraités est de plus en plus épicurienne et veut que leur retraite leur ressemble. C’est du moins ce que croit Luc Maurice, PDG du Groupe Maurice, avec la construction de Station Est.

Situé dans le Faubourg Contrecœur, ce complexe pour retraités de 361 unités devrait être fin prêt en octobre 2017 (contrairement à l’été 2017 qui avait été annoncé dans cet article, lors d’une première entrevue avec Luc Maurice, en début d’année).

« Les baby-boomers ne se contentent plus d’un endroit où ils sont plus en sécurité. Ils veulent aussi améliorer leur qualité de vie, être confortables, sortir de leur isolement, explique Luc Maurice. Les attentes de nos grands-parents étaient différentes de celles d’aujourd’hui. Et ça sera encore différent en 2020 ou en 2030. Si on n’en tient pas compte, on manque le bateau. »

Par exemple, fini les cafétérias où les aînés se promènent avec un plateau. Station Est offrira plutôt une grande salle à manger style restaurant, avec service aux tables et des cafés pour les résidants, en plus d’une piscine, de deux allées de quilles, d’une salle de cinéma, de salles d’activités, d’une bibliothèque vitrée avec vue sur la ville, etc. « Nous avons aussi deux récréologues sur place, pour organiser des activités comme l’aquaforme et le yoga sur chaise », ajoute-t-il.

Un lieu tout indiqué

Alors que la concurrence est féroce dans le domaine des maisons de retraite, s’installer au Faubourg Contrecoeur était donc une occasion en or pour le Groupe Maurice. D’autant plus que, l’offre de résidences de ce genre, « un complexe de deuxième génération, qui est plus avant-gardiste que ce qui existe actuellement », est rare, voire inexistante dans ce secteur de l’île de Montréal.

« De plus, il est rare d’avoir accès à un terrain de grande dimension tout près d’une zone densément peuplée. Et quand on regarde tous les bungalows qui entourent cette zone et qui ont été construits il y a quarante ans, cela fait une option pour habiter près de chez eux quand ces propriétaires vendront leurs maisons », ajoute le PDG. Le fait d’être situé à deux pas de la future portion commerciale du site et du CLSC a aussi ajouté à l’attrait du terrain.

Capture2

La future bibliothèque (Photo: courtoisie Groupe Maurice)

Des loyers pour personnes autonomes et semi-autonomes

À terme, c’est un véritable complexe qui s’érigera dans le Faubourg Contrecœur, alors que les plans prévoient la construction de trois bâtiments résidentiels et de deux édifices commerciaux. En plus d’une tour de huit étages, située derrière la rue Contrecœur, un immeuble de six étages sera construit rue Marie-Ange Bouchard et un autre, de quatre étages, sera érigé sur la rue Duscheneau.

Ces 361 unités, qui vont des studios aux 5 ½, se loueront entre 1159 $ et 2669 $ par mois. Des montants sous la moyenne comparable dans l’est de Montréal, selon l’homme d’affaires qui a procédé à une étude de marché avant de déterminer ses prix. « Nous avons décidé de construire une trentaine de logements de plus, ce qui permet de diminuer le coût des loyers d’environ 100 $ par mois et d’arriver à des prix égaux ou même inférieurs au marché. »

Ces montants correspondent aux unités pour personnes autonomes, qui représentent 337 des 361 logements. Les autres, destinés aux aînés semi-autonomes, coûtent plus cher. « Nous tenions toutefois à offrir cette possibilité, puisque dans certains couples, l’un des deux partenaires a besoin de plus de soins. Nous voulions donc que ces couples ne soient pas séparés à la retraite. »

Biblio2

La vue de la future bibliothèque. (Photo: Courtoisie Groupe Maurice)

Les retombées

Luc Maurice estime que Station Est permettra de créer environ 260 emplois et générera tout près d’un million de dollars en taxes scolaires et municipales chaque année. La construction du complexe, en plus du terrain commercial, permettra aussi d’élargir l’offre de commerces de proximité pour les résidants du secteur, ajoute-t-il.

En effet, la portion commerciale, qui comprend deux édifices rue Contrecœur, proposera différents services commerciaux, comme un café, un dépanneur, une pharmacie, etc. Des commerces qui seront ouverts aux résidants du quartier et qui seront accessibles par souterrain aux aînés du complexe.

Vos commentaires
loading...