Publicité

Bénédiction du nouvel hospice Saint-Jean de Dieu

Histoire
Plan cadré des nouvelles installations, tiré d'une carte plus récente. On peut y lire « barn » et « stable » en anglais dans les bâtiments colorés en bleu. (source: Charles E. Goad - BAnQ - Wikipedia)
Plan cadré des nouvelles installations, tiré d’une carte plus récente. On peut y lire « barn » et « stable » en anglais dans les bâtiments colorés en bleu. (source: Charles E. Goad – BAnQ – Wikipedia)

En 1893, de nouveaux bâtiments en pierre attendent leur bénédiction à l’hospice Saint-Jean de Dieu, après la destruction d’une bonne partie de l’asile de la Longue-Pointe suite à l’incendie qui a fait rage trois ans plus tôt.

Cette importante journée a été rapportée dans les pages du journal La Minerve. (NDLR: Des pavillons temporaires pour héberger les sinistrés avait été construits en attendant le début de la construction permanente du nouvel hôpital, en 1897.) Voici ce qu’on pouvait y lire :

Dimanche, 17 courant, à 9 heures du matin, a eu lieu la bénédiction solennelle des nouveaux bâtiments en pierre attenante aux anciennes dépendances de la ferme et formant avec elle une cour intérieure de 22,000 pieds de superficie.

Cette imposante cérémonie était présidée par le Révérend A. Corbeil, premier aumônier de l’asile, assisté du Révérend A. Provost, second aumônier, la Révérende Mère supérieure, les religieuses et les sœurs tertiaires, messieurs les médecins, les employés de l’établissement et un grand nombre de malades des deux sexes assistèrent à la cérémonie. On remarqua la piété et le profond respect des pensionnaires, dont quelques-unes unirent leurs voix au chœur de chant.

Les nouvelles constructions sont spacieuses ; tout y a été fait conformément aux dernières améliorations. Les étables, écuries, porcheries, remises, poulaillers, etc., etc., sont bien aérées et chauffées. Il y règne une propreté remarquable et tout y respire à la loi du confort, l’utile et l’agréable. Le bétail y est nombreux, bien nourri et soigné, les chevaux sont d’une rare vigueur ; enfin la race porcine n’est pas la moins importante de cette ferme colossale.

L’ensemble de l’habitation offre au visiteur un aspect pittoresque ; située au milieu de vastes prairies, plaines, jardins et bocages, par sa situation et par le confort qui y préside, la perspective en est charmante et tout concourt à en faire réellement une ferme modèle.

Carte de la Longue-Pointe, 1907. (source: Charles E. Goad - BAnQ - Wikipedia)

Vos commentaires
loading...