Publicité

Boîte de jeux en libre-service au parc Germaine-Pépin

Santé, Vie de quartier
Les utilisateurs du parc Germaine-Pépin pourront maintenant avoir accès à des jeux en libre-service et gratuits, grâce à la boîte spontanée. (photo : Mathieu Gagné)
Les utilisateurs du parc Germaine-Pépin pourront maintenant avoir accès à des jeux en libre-service et gratuits, grâce à la boîte spontanée. (photo : Mathieu Gagné)

Plus besoin d’apporter ballons, cordes à sauter ou autre équipement sportif pour s’amuser au parc Germaine-Pépin : une boîte de jeux spontanés y a été installée et met à la disposition des citoyens tout ce qu’il faut pour jouer dehors, gratuitement et en libre-service. Un nouveau concept dans le quartier.

L’objectif? Faire bouger les jeunes, même s’ils n’ont pas le matériel avec eux. Et animer le parc Germaine-Pépin, situé au sud d’Hochelaga, juste derrière le Chez-Nous de Mercier-Est. « L’idée, c’est de permettre à tout le monde de s’approprier le parc, de bouger, de prendre de l’air et de s’amuser », explique Véronique Coulombe, directrice générale de la Maison des Familles de Mercier-Est, organisme responsable de ce projet-pilote.

Le concept, lancé dans Mercier-Ouest depuis quelques années, est simple. Une grande boîte est installée dans l’espace vert et contient tout ce qu’il faut pour s’amuser en famille : jeu de pétanque, raquettes et filets de tennis et de badminton, balles et ballons de toutes sortes, frisbee, pelles et chaudières pour le sable, etc.

La boîte a été fabriquée par les Actifs de St-Justin, un groupe de retraités habiles de leurs mains. (photo : Mathieu Gagné)

La boîte a été fabriquée par les Actifs de St-Justin, un groupe de retraités habiles de leurs mains. (photo: Mathieu Gagné)

Le coffre en bois vernis, conçu pour résister aux intempéries, a été fabriqué sur mesure par les Actifs de St-Justin, un groupe de retraités habiles de leur main du quartier. Si le matériel est disponible pour tous, il faut se présenter au comptoir de la bibliothèque Mercier ou à l’accueil du Chez-Nous de Mercier-Est pour obtenir le code, puisque la boîte est munie de deux cadenas. Les personnes intéressées doivent alors remplir un petit formulaire comprenant son nom, le nombre de personnes qui les accompagnent, etc.

« Bien sûr, ce n’est pas obligatoire chaque fois, car le code restera le même pour l’été », ajoute Véronique Coulombe. Mais, c’est une façon de responsabiliser les gens quant à l’utilisation de l’équipement, poursuit-elle. « Par exemple, la personne qui obtient le code doit aussi ramasser les jouets et barrer la boîte en partant. Nous voulons que les utilisateurs soient conscients qu’il s’agit d’équipements collectifs et qu’il faut donc en prendre soin pour qu’on puisse s’en servir tout l’été. »

Le concept s’adresse tant aux familles qui fréquentent l’espace vert qu’aux responsables de services de garde en milieu familial ou en installation et même aux adolescents. Pour obtenir le code, les jeunes de 13 ans et plus n’auront qu’à présenter leur carte d’étudiant. « Nous voulions vraiment que toutes les tranches d’âge aient accès à l’équipement », indique Véronique Coulombe.

Cinq boîtes dans Mercier-Est

Si la boîte collective du parc Germaine-Pépin est la première à être accessible à tous, son installation fait suite à un projet-pilote qui s’est déroulé en 2015. Quatre contenants avaient alors été mis en fonction dans les parcs Carlos-d’Alcantara, Thomas-Chapais et St-Victor. Une dernière boîte, mobile, était utilisée par la Maison des Familles. Comme ces boîtes, de simples contenants de plastique, n’étaient pas faites pour résister aux intempéries, il fallait les ranger dans les chalets des parcs après chaque utilisation. Ainsi, seuls les groupes communautaires et les comités de citoyens avaient accès à l’équipement. Ces quatre boîtes de jeux spontanés ont été remises en fonction pour la saison 2016.

Ce projet a été financé par Québec en forme, puisqu’il stimule les saines habitudes de vie. Même si ce fonds prendra fin en 2017, la Maison des Familles aimerait que le concept fasse des petits au cours des prochaines années. Si l’expérience est concluante, bien sûr. « Nous allons voir si nous pouvons avoir d’autres bailleurs de fonds, comme des marchands locaux », explique la directrice générale. Les citoyens ayant des jouets d’extérieur à donner sont aussi invités à contacter l’organisme.

À lire également: Nouveau terrain de pétanque au parc Germaine-Pépin et Spécial estival : top 10 des activités dans le quartier

Vos commentaires
loading...