Publicité

Les leaders de l’Est de Montréal font consensus et demandent des mesures concrètes sur leur territoire

Communiqués
Le CDEM est formé d'acteurs socioéconomiques et politiques de l’Est de Montréal (territoires d’Anjou, Mercier – Hochelaga-Maisonneuve, Montréal-Est, Montréal-Nord, Pointe-aux- Trembles, Rivière-des-Prairies, Rosemont et Saint-Léonard). (photo: courtoisie)
Le CDEM est formé d’acteurs socioéconomiques et politiques de l’Est de Montréal (territoires d’Anjou, Mercier – Hochelaga-Maisonneuve, Montréal-Est, Montréal-Nord, Pointe-aux- Trembles, Rivière-des-Prairies, Rosemont et Saint-Léonard). (photo: courtoisie)

Regroupant près d’une centaine de leaders provenant de tous les secteurs d’activités, le Comité de développement de l’Est de Montréal (CDEM) agit afin de promouvoir, de consolider et de favoriser le développement économique, social, environnemental et culturel de l’Est de Montréal par sa prise en charge collective. Fondé en 2011 pour retrouver une force d’action et d’attraction dans l’Est, le CDEM est une réussite incontestée de concertation et de réseautage.

Lors de leur dernière rencontre, les leaders de l’Est de Montréal ont tenu à exprimer l’importance du transport sur leur territoire. « La mobilité des personnes et des marchandises, par le biais de divers modes de transport, est un vecteur essentiel pour renforcer l’Est comme pôle socioéconomique incontournable. À la suite de l’annonce du projet du Réseau électrique métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt et placement du Québec et du gouvernement du Québec, les membres du CDEM demeurent très inquiets quant aux futurs investissements et à l’avenir des projets concrets initiés pour l’Est de Montréal. Ils interpellent les instances afin d’obtenir des garanties quant à la concrétisation des projets en cours et du développement de nouvelles alternatives innovantes en transport collectif » a indiqué Nicole Léger, présidente du CDEM.

Des questions en suspens

Les membres du CDEM attendent une rencontre avec le ministre des Transports, mais également, formuleront des demandes auprès de la Ville de Montréal, de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) et de la Société de transport de Montréal (STM). « Les grandes priorités en transport que nous avons établies en concertation doivent être étudiées avec sérieux et intérêt. Nos demandes sont le reflet des constats d’un grand nombre de leaders du milieu qui vivent, travaillent et se dédient au quotidien pour améliorer la qualité de vie des citoyens et des travailleurs de leur secteur. Que ce soit les élus qui sont directement interpellés par les citoyens voulant être entendus par les instances, les gens du milieu communautaire qui veulent bâtir des milieux forts et dynamiques ou les gens d’affaires qui réclament haut et fort de pouvoir bénéficier d’une offre de transport à la hauteur de leurs aspirations pour vitaliser le territoire, tous ensemble, nous aspirons à un juste équilibre de l’offre de transport et de l’amélioration des infrastructures sur l’ensemble de la métropole », a indiqué Isabelle Foisy, présidente- directrice générale de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal et coordonnatrice du groupe de travail Transport et logistique.

À titre d’exemples, les membres interrogeront les instances municipales et gouvernementales sur les questions suivantes :

  • Est-ce que les négociations sur le financement du prolongement du métro sont commencées et est-ce que le ministère s’engage à lancer le dossier d’affaires dès qu’une entente sera conclue ? Est-ce que l’échéancier sera déposé avant l’été 2016?
  • Quels seront les impacts du Réseau électrique métropolitain sur le Train de l’Est, notamment en termes d’achalandage, de retard, de priorité de passage? Est-ce qu’une correspondance est envisagée ? Est-ce que l’harmonisation des titres de transport est en cours d’examen ?
  • Quelles seront les mesures prises pour améliorer l’offre de transport collectif jusqu’à la Pointe- de-l’Île ?

Les membres du CDEM sont en accord avec le développement de projets dans tous les secteurs de la métropole. « Tout ce qui bonifie l’offre de transport et vise une meilleure fluidité des personnes et des marchandises a un impact majeur sur la vitalité économique de Montréal. Par contre, l’Est de Montréal doit aussi faire partie des projets et bénéficier d’investissements à la hauteur de ses aspirations. Les difficultés d’accessibilité peuvent constituer des entraves à l’embauche de main-d’œuvre, à l’implantation d’entreprises et à la création d’emploi de qualité dans différents secteurs innovants. Il faut miser sur cet enjeu comme levier de développement économique. Au nom des membres du CDEM, je porte cette voix unanime des leaders de l’Est de Montréal et invitent les instances à nous rassurer quant à leurs intentions de développer l’offre de transport dans l’Est de Montréal », a conclu Nicole Léger.

Source: Les porte-paroles du CDEM : Bureau de Nicole Léger, députée de Pointe-aux-Trembles

Vos commentaires
loading...