Publicité

Une lettre de l’honorable M. Mercier à Sœur Thérèse

Histoire
Honoré Mercier a envoyé une lettre à Soeur Thérèse après l'incendie qui a ravagé l'asile de la Longue-Pointe. (photo: Livernois - BAnQ P560,S2,D1,P1717 - Wikipedia)
Honoré Mercier a envoyé une lettre à Soeur Thérèse après l’incendie qui a ravagé l’asile de la Longue-Pointe. (photo: Livernois – BAnQ P560,S2,D1,P1717 – Wikipedia)

Suite à l’incendie qui a ravagé l’Hôpital Saint-Jean de Dieu en mai 1890, Honoré Mercier, premier ministre du Québec, envoie une lettre à Sœur Thérèse, supérieure de l’asile de la Longue-Pointe.

Cette lettre a également été publiée dans le journal La Partie à l’époque. Connaissant l’opinion de M. Mercier dans le dossier des asiles, cette missive n’étonnera personne. Malgré tout, l’ampleur du drame justifiait suffisamment l’aide offerte de la part du premier ministre.

« Veillez accepter mes plus sincères condoléances dans le malheur qui vient de frapper l’institution dont vous aviez la charge, et soyez certaine que le gouvernement fera tout en son pouvoir pour vous aider. J’ai envoyé deux de mes collègues, l’honorable M. Duhamel et M. Robidoux sur le lieu du sinistre, et ils ont instruction de faire ce que bon leur semblera pour venir en aide aux victimes.

Je leur ai donné carte blanche. J’ai aussi envoyé 20 voitures doubles pour transporter les patients à la ville. N’ayez aucune inquiétude. Engagez toutes les voitures disponibles. Envoyez vos patients partout ou vous pourrez trouver un abri. Je vous conseillerais d’en loger le plus grand nombre possible parmi les cultivateurs de la Longue-Pointe. J’avais l’intention de partir à Québec, ou des affaires importantes réclament ma présence, demain matin, mais j’ai cru devoir retarder mon voyage afin de me rendre auprès de vous, et donner l’aide que je pourrai. »

Vos commentaires
loading...