Publicité

Classement des écoles de La Presse : les résultats dans Mercier-Est

Éducation
L'école Sainte-Claire fait bonne figure dans le palmarès de La Presse. Il faut dire qu'elle accueille les meilleurs élèves dans son programme d'anglais intensif destiné aux élèves de sixième année. (photo: Stéphane Desjardins archives Pamplemousse.ca)
L’école Sainte-Claire fait bonne figure dans le palmarès de La Presse. Il faut dire qu’elle accueille plusieurs des meilleurs élèves du quartier dans son programme d’anglais intensif. (photo: Stéphane Desjardins archives Pamplemousse.ca)

Le quotidien La Presse a publié samedi son palmarès annuel des écoles primaires publiques dans la grande région de Montréal. Comment se classent les lieux d’enseignement de Mercier-Est?

Le quartier compte huit écoles primaires. Trois d’entre elles se retrouvent dans le tiers supérieur du palmarès, soit les écoles Saint-François-d’Assise (37e sur 141), La Vérendrye (42e sur 141) et l’école Sainte-Claire, qui remporte la palme, alors qu’elle se classe 7e sur 141 écoles de milieu défavorisé dans la grande région de Montréal.

Toutefois, il faut noter que le classement se base sur les notes aux examens de 6e année du ministère de l’Éducation en 2015. Ce qui donne une longueur d’avance à l’école Sainte-Claire qui sélectionne quelques-uns des meilleurs élèves du quartier de ce niveau pour son programme d’anglais intensif.

Une réalité qui peut aussi nuire à la performance des autres établissements de Mercier-Est. Ainsi, à l’autre bout du spectre, les écoles Philippe-Labarre, Armand-Lavergne et Boucher-de-la-Bruère se situent dans le tiers inférieur du classement, alors que Saint-Justin se compare à la moyenne. Le classement ne donne aucun résultat pour l’école Sainte-Louise-de-Marillac.

Mis à part cette école, les résultats compilés par La Presse révèlent que toutes les écoles primaires de Mercier-Est sont considérées comme étant dans un milieu défavorisé, sauf Boucher-de-la-Bruère, qui est plutôt située dans un milieu moyennement favorisé. Cette dernière arrive toutefois en queue de peloton dans le quartier, soit 140e sur 144 écoles de milieu moyennement favorisé.

Plus qu’une question d’examen

Bien sûr, ce genre de palmarès ne mesure qu’une petite partie de la réalité scolaire. D’où l’importance de prendre le tout avec un grain de sel, estime Maude dont les trois enfants ont fréquenté ou fréquentent l’école Boucher-de-la-Bruère. D’autant que les classes sont petites en sixième année, ce qui peut influencer la moyenne, explique-t-elle. « Ça me choque aussi de voir qu’on ne compare que les notes aux examens du ministère de 6e année alors qu’une école, c’est tellement plus que cela. C’est un milieu de vie, un tissu social autour duquel gravite tout un quartier », ajoute-t-elle. C’est l’implication de tous, parents, enseignants, direction, équipe-école, enfants, qui crée un milieu favorable à l’apprentissage, à l’épanouissement et au bien-être des élèves.

La commissaire scolaire de Mercier, Émilie Auclair, abonde dans le même sens. « C’est très humain de vouloir ce qu’il y a de mieux pour nos enfants », indique-t-elle. Mais en se fiant à de simples chiffres, on risque de passer à côté de ce qui fait la particularité de chaque école. « Il y a tellement de paramètres à prendre en compte que c’est hyper complexe de sortir des chiffres et des comparaisons. » Dans le secteur public, alors qu’il faut jongler avec la mixité sociale, culturelle et les enfants à défi particuliers, la réalité dépasse un simple nombre sur un classement, précise aussi la commissaire. Un apprentissage pour les enfants.

Émilie Auclair ajoute que les études démontrent que le principal facteur de réussite scolaire, c’est l’accompagnement des parents et non le classement dans un palmarès d’une école. « Le fait de développer un réseau d’appartenance et d’entraide, autant pour le parent que l’enfant, favorise aussi la réussite. »

Méthodologie

La Presse a compilé son palmarès à partir des résultats aux examens de 6e année du ministère de l’Éducation en 2015, résultats obtenus des commissions scolaires de la région de Montréal grâce à la Loi sur l’accès à l’information.

Le quotidien s’est basé sur quatre résultats de matières obligatoires : deux de français (lire et écrire) et deux notes de mathématiques (résolution de problème et raisonnement mathématique). La Presse a conçu son palmarès en tenant également compte d’un critère important : la pauvreté des familles. Le média a donc associé chaque école à l’indice de milieu socioéconomique (IMSE) qui lui est attribué par le ministère de l’Éducation. L’indice tient compte du niveau de scolarisation de la mère et de l’activité des parents.

Voici les résultats par école :

ÉCOLE BOUCHER-DE LA BRUÈRE
140e école sur 144 écoles de milieu moyennement favorisé (non incluse au palmarès de l’an dernier)

Moyenne aux examens de 2015 : 67,6 %
Moyenne aux examens de 2014 : ND

Français
Écrit : 68,8 %
Lecture : 66,6 %

Mathématiques
Résolution de problèmes : 68,9 %
Raisonnement mathématique : 66,1 %

ÉCOLE SAINT-FRANÇOIS-D’ASSISE
37e école sur 141 écoles de milieu défavorisé (74e rang au palmarès de l’an dernier)
Moyenne aux examens de 2015 : 75,9 %
Moyenne aux examens de 2014 : 68,4 %

Français
Écrit : 73 %
Lecture : 71,5 %

Mathématiques
Résolution de problèmes : 81,2 %
Raisonnement mathématique : 77,9 %

ÉCOLE SAINTE-LOUISE-DE-MARILLAC
ND (71e rang au palmarès de l’an dernier)
Moyenne aux examens de 2015 : ND
Moyenne aux examens de 2014 : 74,1 %

Français
Écrit : ND
Lecture : ND

Mathématiques
Résolution de problèmes : ND
Raisonnement mathématique : ND


ÉCOLE SAINTE-CLAIRE
7e école sur 141 écoles de milieu défavorisé (4e rang au palmarès de l’an dernier)
Moyenne aux examens de 2015 : 80,1 %
Moyenne aux examens de 2014 : 81 %

Français
Écrit : 79,6 %
Lecture : 76,7 %

Mathématiques
Résolution de problèmes : 83,9 %
Raisonnement mathématique : 80,3 %

ÉCOLE LA VÉRENDRYE
42e école sur 141 écoles de milieu défavorisé (5e rang au palmarès de l’an dernier)
Moyenne aux examens de 2015 : 75,2 %
Moyenne aux examens de 2014 : 80,5 %

Français
Écrit : 80,3 %
Lecture : 76,4 %

Mathématiques
Résolution de problèmes : 73,8 %
Raisonnement mathématique : 70,3 %

ÉCOLE SAINT-JUSTIN
88e école sur 141 écoles de milieu défavorisé (28e rang au palmarès de l’an dernier)
Moyenne aux examens de 2015 : 71,5 %
Moyenne aux examens de 2014 : 75,1 %

Français
Écrit : 72,9 %
Lecture : 69,1 %

Mathématiques
Résolution de problèmes : 75,1 %
Raisonnement mathématique : 69 %


ÉCOLE ARMAND-LAVERGNE
121e école sur 141 écoles de milieu défavorisé (110e rang au palmarès de l’an dernier)

Moyenne aux examens de 2015 : 68,7 %
Moyenne aux examens de 2014 : 60,3 %

Français
Écrit : 70,2 %
Lecture : 66,1 %

Mathématiques
Résolution de problèmes : 73,5 %
Raisonnement mathématique : 64,8 %


ÉCOLE PHILIPPE-LABARRE
114e école sur 141 écoles de milieu défavorisé (51e rang au palmarès de l’an dernier)

Moyenne aux examens de 2015 : 69,7 %
Moyenne aux examens de 2014 : 72,6 %

Français
Écrit : 74,2 %
Lecture : 64,1 %

Mathématiques
Résolution de problèmes : 76,4 %
Raisonnement mathématique : 64,1 %

(Rédaction en collaboration avec Stéphane Desjardins)

Vos commentaires
loading...