Publicité

Exclusif : cartographie des accidents impliquant cyclistes ou piétons dans Mercier-Est

Transport
(photo: Freedigitalphotos.net)
(photo: Freedigitalphotos.net)

Dans Mercier-Est, on dénombre plus d’accidents impliquant des voitures et piétons que des cyclistes. Et même si ces incidents sont répartis dans les différents secteurs du quartier, ils se concentrent surtout autour des artères principales.

C’est du moins ce qui ressort des données compilées par la Direction de la santé publique (DSP) de Montréal et mises à jour à la demande du Journal de Mercier-Est. Les deux cartes qu’ils nous ont fait parvenir recensent les accidents entre voitures et cyclistes ou entre voitures et piétons qui se sont déroulés entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2014. Toutefois, seuls les incidents ayant entraîné un constat policier y figurent.

Ainsi, les chiffres montrent que ces incidents se concentrent particulièrement sur les axes principaux, soit Sherbrooke, Hochelaga et Honoré-Beaugrand. Que ce soit à vélo ou à pied, Notre-Dame et Des Ormeaux semblent aussi sensibles.

Certains de ces points dangereux avaient d’ailleurs été identifiés par les lecteurs du Pamplemousse.ca, lors de notre recherche sur les lacunes du réseau cyclable, notamment autour de la rue Sherbrooke. Par exemple, les cartes indiquent que certaines intersections sont particulièrement problématiques, puisqu’elles enregistrent le plus grand nombre d’accidents avec piétons du quartier, soit entre 11 et 18. Il s’agit des jonctions des rues Hochelaga et Honoré-Beaugrand, des rues Sherbrooke et Honoré-Beaugrand, ainsi que des rues Des Ormeaux et Sherbrooke. Même s’il n’apparaît qu’en filigrane sur la carte, le secteur de la rue Sherbrooke, à l’ouest du quartier, enregistre aussi un nombre élevé d’accidents.

La carte des accidents impliquant piétons et automobilistes dans Mercier-Est. (courtoisie François Tessier, Direction de la santé publique de Montréal)

La carte des accidents impliquant piétons et automobilistes dans Mercier-Est. (courtoisie de François Tessier, Direction de la santé publique de Montréal)

Vitesse et densité

Agent de recherche au secteur environnement urbain et saines habitudes de vie à la Direction de régionale de la santé publique de Montréal, François Tessier apporte toutefois quelques nuances quant à ces données. Selon lui, il ne faut pas conclure que, parce qu’un lieu compte plusieurs accidents, qu’il est nécessairement plus dangereux. « Il s’agit toujours d’une question de volume de circulation », indique-t-il. Autrement dit, il faut tenir compte des probabilités.

Par exemple, il y a plus de problèmes dans le centre-ville de Montréal que dans Mercier-Est tout simplement parce que la circulation y est plus dense. Et on peut penser qu’il y a plus d’incidents impliquant des piétons que des vélos dans le quartier, parce que plus de gens se déplacent à pied. « Tandis que, dans les quartiers plus centraux, plusieurs font du vélo leur mode de déplacement au quotidien, c’est plus difficile dans des quartiers excentrés comme Mercier-Est », ajoute-t-il.

Toutefois, la densité de la circulation fait grimper les risques, ajoute-t-il, comme plusieurs autres facteurs, par exemple la vitesse, le nombre de voies et de branches composant les intersections, l’aménagement urbain, etc. Ainsi, la DSP recommande que des mesures d’apaisement de la circulation soient réalisées dans les différents quartiers de Montréal, pour prévenir les blessés de la route.

Diminution de la vitesse de 50 à 40 km/h dans les rues, aménagement de saillies de trottoir, installation de dos d’âne, création de pistes cyclables protégées, augmentation du temps pour traverser au feu vert sont autant de mesures qui peuvent être implantées pour améliorer la sécurité routière, énumère-t-il. Laisser un dégagement de cinq mètres aux intersections permet aussi d’améliorer la visibilité des utilisateurs de la route.

La carte des accidents impliquant cyclistes et automobilistes dans Mercier-Est. (courtoisie Direction de la santé publique de Montréal)

La carte des accidents impliquant cyclistes et automobilistes dans Mercier-Est. (courtoisie de la Direction de la santé publique de Montréal)

Vos commentaires
loading...