Publicité

Une deuxième génération à la barre de Fleuriste pour Vous

Économie
Liette Gagnière a pratiquement grandi dans l’entreprise familiale. (photo : Stéphane Desjardins)
Liette Gagnière a pratiquement grandi dans l’entreprise familiale. (photo : Stéphane Desjardins)

Liette Gagnière a pratiquement grandi dans les fleurs. Elle est aujourd’hui à la barre de Fleuriste pour Vous, un commerce familial qui a 40 ans cette année.

En février dernier, en pleine célébration du 40e anniversaire, Lisette et Denis Gagnière annoncent que leur fille prend la relève. Rien de plus naturel : « Quand je revenais de l’école Saint-Justin, je faisais mes devoirs sur les comptoirs du commerce, dit-elle. Mes parents avaient aménagé un appartement, derrière, avec une piscine, pour qu’ils puissent s’occuper de nous et des clients. J’ai suivi mes cours de fleuristerie à 11 ans. J’étais souvent entourée d’adultes. Je faisais mes exercices pratiques en quelques minutes. Les autres n’en revenaient pas! »

À quinze ans, Liette Gagnière suit des cours d’arrangement floral equibana, un art oriental. Elle est encore la plus jeune dans la salle de classe. « La fleuristerie, c’est comme une seconde nature pour moi. Je passais de ma chambre à coucher au commerce en claquant des doigts. »

Après quelques années comme secrétaire de direction pour une grande société installée dans une tour du centre-ville, Liette revient travailler dans les fleurs : « J’ai accepté un revenu moindre, mais j’ai vu grandir mes enfants! » D’autant plus que l’entreprise familiale demande une attention de tous les instants, vu qu’elle est ouverte sept jours par semaine.

Liette Gagnière informatise le commerce dès son retour. Encore aujourd’hui, elle accorde beaucoup d’attention à Internet, où elle surveille les tendances. Ce qui lui a rapidement permis d’offrir des roses arc-en-ciel, ou teintées, très populaires chez les clients. Fleuriste pour Vous offre aussi des roses éternelles : c’est une rose naturelle dont la durée de vie s’étire sur une décennie, grâce à un procédé de conservation qui l’empêche de faner.

« C’est sur le web que je remarque les modes, ce qui marche auprès de la population, reprend Liette Gagnière. Internet influence beaucoup les choix des consommateurs. »

Au fil du temps, Fleuriste pour Vous a diversifié son offre, avec les bijoux, les paniers gourmets ou d’accessoires pour bébé. « J’encourage des artisans du quartier, reprend Liette Gagnière. Mes cartes de souhaits sont réalisées par un photographe qui habite tout près. On offre aussi toute une gamme d’arrangements de fleurs artificielles. Aucun autre fleuriste n’offre ce service, qui est très apprécié des clients. »

Transition en douceur

La question de la relève est une préoccupation majeure des milieux d’affaires québécois. Chez Fleuriste pour Vous, ça s’est fait tout en douceur, sur plusieurs années.

« On peut dire que j’ai tout fait dans ce commerce, révèle Liette Gagnière. À six ans, je préparais les banquets. À 11 ans, je réalisais des boucles en série; jeune adulte, je servais des clients comme mes parents et, depuis six ans, je m’occupe des ventes et du marketing. Aujourd’hui, je participe à des déjeuners d’affaires, mon père m’aide à négocier avec les fournisseurs… Mes deux frères ne sont pas intéressés à reprendre le commerce, mais ils donnent un sacré coup de main dans les périodes stratégiques, comme la Saint-Valentin et la fête des Mères. »

Avec le temps, même les neveux participent aux opérations, dont la complexe gestion de la livraison, jusque loin en banlieue. « Ces jours-là, je dois me lever à cinq heures du matin pour aller chercher les fleurs à l’aéroport. Je les obtiens pratiquement lorsqu’on les sort de l’avion, pour avoir les plus fraîches, explique Denis Gagnière. Parfois, on attend même que l’avion se pose. C’est par des gestes comme ça qu’on va encore offrir notre aide à notre fille. »

Denis et Lisette Gagnière se disent très fiers de leur fille Liette. « Elle va amener le commerce à un autre niveau. Elle comprend les besoins des clients, qui vont du col bleu au PDG d’entreprise », affirme le paternel.

Vos commentaires
loading...