Publicité

Éducation et santé: nos priorités pour la nouvelle session

Élus
Le salon bleu de l’Assemblée nationale du Québec (photo : Wikipedia)
Le salon bleu de l’Assemblée nationale du Québec (photo : Wikipedia)

La nouvelle session parlementaire qui vient de s’amorcer à l’Assemblée nationale du Québec sera l’occasion de dénoncer, à nouveau, le gouvernement libéral du premier ministre Philippe Couillard sur les impacts négatifs générés par ses politiques d’austérité sur l’ensemble de la population du Québec.

Mentionnons d’emblée qu’après avoir effectué des coupes importantes dans le réseau de l’éducation, le gouvernement se décide enfin, après deux ans et demi, à donner la priorité à la réussite éducative de tous les élèves.

Après trois changements de ministres de l’Éducation, le gouvernement répond enfin à nos demandes et annonce qu’il souhaite désormais se concentrer sur la réussite des élèves, une demande mainte fois répétée afin que soient élaborées de véritables politiques relativement à la persévérance scolaire, à la formation des adultes et à la formation continue. Nous le disons sans ambages : un peuple mesure son avenir à l’aune de l’éducation qu’il est capable de fournir à ses enfants !  Pour nous, tout commence et nous ramène à l’éducation.

Par ailleurs, après avoir coupé près d’un milliard de dollars dans les soins et services de santé depuis deux ans, ce qui a fait très mal aux aînés, le gouvernement annonce qu’il va consulter les groupes et les citoyens et se mettre à la recherche de solutions dans le but de réparer les dégâts qu’il a lui-même causés.

Cette manœuvre ne berne personne. Nous demandons plutôt au gouvernement de rétablir, dès maintenant, les postes abolis et non comblés dans les CHSLD et dans les soins à domicile, de cesser les compressions et de réinvestir pour éviter que les bénéficiaires attendent des semaines pour pouvoir prendre un bain ! Le rationnement des soins à domicile persiste, et ce malgré l’intervention du Protecteur du citoyen auprès de certains établissements de santé.

Finalement, nous travaillerons afin que la population de la circonscription de Bourget, et l’ensemble du Québec, puissent continuer à recevoir les précieux services des organismes œuvrant auprès des familles, des organismes qui sont membres des tables de concertation de Mercier-Ouest Quartier en santé et de Solidarité Mercier-Est.

Dans le cas de la Maison des Familles de Mercier-Est, la direction de l’organisme, lors de sa dernière assemblée générale annuelle, a d’ailleurs exposé que plusieurs familles s’appauvrissent et que les organismes ont peine à suffire à la demande.  Par exemple, l’augmentation des tarifs de nos Centres de la petite enfance (CPE), modulés en fonction du revenu, a occasionné de graves problèmes à plusieurs de ces familles.

Parmi les conséquences directes de cet appauvrissement, le nombre d’interventions psychosociales a bondi de 51 % par rapport à l’année précédente, de nombreuses familles étant aux prises avec des problématiques de santé mentale, d’isolement, de ressources au chapitre alimentaire, pour ne nommer que les situations les plus graves.

Aussi, pour ces deux organismes de Bourget, la disparition annoncée du fonds pour le développement des jeunes enfants, soit Avenir d’enfants, amène beaucoup d’inquiétudes. Des revenus devront être comblés autrement afin de maintenir les services aux familles.

En plus des questions d’éthique reliées à ce gouvernement, celles concernant l’amélioration de la qualité de vie, dans les secteurs de la santé et de l’éducation, seront, pour notre formation politique formant l’opposition officielle, au centre de nos actions au cours de cette nouvelle session parlementaire qui vient de s’amorcer à Québec.

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...