Publicité

La ruelle Baldwin se teinte de vert

Environnement, Vie de quartier
Un peu de peinture et le tour est joué! (photo : Anne-Marie Tremblay)
Un peu de peinture et le tour est joué! (photo : Anne-Marie Tremblay)

Elle était déjà remplie d’arbres, de plantes et d’enfants qui jouent. Mais, la ruelle située entre les rues Baldwin, Lebrun, Ontario et de Brouage sera encore plus accueillante pour les petits et les grands, alors qu’elle vient de se greffer au réseau des ruelles vertes du quartier.

Plusieurs voisins, enfants et curieux étaient sur place pour l’inauguration officielle de la ruelle verte Baldwin, le samedi 10 septembre dernier. Ils ont pu admirer — et tester — les bancs de bois, les boîtes à fleurs, le croque-livres, les treillis de bois et les jeux colorés à même l’asphalte qui donnent une allure ludique à cet espace bordé de cours arrière.

C’est justement pour redonner son lustre d’antan à la ruelle, lieu symbolique par excellence de Montréal, qu’Émilie Pelletier, l’instigatrice du projet, a décidé de se lancer dans cette aventure. Rencontrée dans sa cour donnant sur la ruelle, cette maman de deux enfants a fait le chemin inverse de plusieurs familles. Elle a quitté la banlieue pour s’établir en ville avec ses parents, avec qui elle partage un duplex multigénérationnel situé au cœur de Mercier-Est.

Une façon pour Émilie Pelletier de quitter l’anonymat qui se cache bien souvent derrière les clôtures. « Mais, j’ai remarqué qu’on observait un peu le même phénomène ici qu’en banlieue. On connait nos voisins immédiats, mais cela ne va pas nécessairement plus loin. » D’où l’intérêt d’un tel projet : en plus d’offrir un lieu ludique et agréable pour les enfants du voisinage, la ruelle verte se veut aussi un espace collectif pour les rassemblements entre résidants.

D’autant qu’il faut obtenir l’accord de la majorité des voisins pour que le projet soit accepté par l’Éco-quartier Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, qui accorde soutien et budget à ces initiatives. « Il faut non seulement qu’ils soient d’accord, mais qu’ils acceptent de s’impliquer. Je pensais que ce serait difficile de les convaincre, mais finalement, cela n’a pas été le cas », relate Émilie.

Mettre ses talents en commun

D’ailleurs, le projet a permis à Émilie et à ses parents, qui ont participé activement au projet, de découvrir le talent de leurs voisins, comme Andrew Beck. Propriétaire d’une unifamiliale sur la rue Lebrun, l’entrepreneur général l’a complètement détruite pour ériger un immeuble à condos construit de façon écoresponsable. Lui et sa conjointe, Tracee Conibear, n’ont donc pas hésité à mettre leurs talents à profit dans ce projet. « Quand on a vu les soumissions qui étaient sur la table avec le budget, on a réalisé qu’on pouvait faire beaucoup plus avec beaucoup moins! », raconte-t-il. Ainsi, la grande majorité des pièces qui décorent la ruelle ont été fabriquées à la main par le couple.

« C’était intéressant pour nous de créer un lieu pour que nos deux enfants puissent en profiter. De plus, le fait d’embellir les lieux a un effet d’entrainement sur le voisinage et ça crée des liens », ajoute Andrew. Ainsi au total, ils avaient planifié l’installation de 23 morceaux, que ce soit des bacs à fleurs, des treillis, des cadres, des cabanes à oiseaux. « Mais quand on s’est mis à les installer, tous les voisins sortaient pour nous dire qu’ils voulaient la même chose. On a fini par en installer 43! » dénombre Tracee Conibear, explique en anglais la jeune femme, originaire de New York.

Des rencontres à prévoir

D’ailleurs, si les résidants ont mis la dernière main à la ruelle verte quelques jours à peine avant l’inauguration officielle, ils ont bien l’intention d’en profiter l’été prochain, explique Émilie Pelletier. « Nous aimerions organiser quelques activités, comme une fête pour souligner le début de l’été, une vente de garage, une exposition de peinture… De plus, nous bénéficions de l’aide de l’Éco-quartier pour animer la ruelle, du moins au début. »

En attendant, petits et grands ont pu profiter des installations pour l’occasion, entre la piñata, le croque-livres, la musique d’un piano installé au fond de la ruelle, etc. Démonstration de jeux de société par Planète Jeux, dégustation de saucisses par le AAA Boucherie Gourmet et de bières par la Glacière de l’Est complétaient le menu de cette journée festive, organisée lors de la cette troisième journée des ruelles vertes de Montréal, une initiative du comité vert de Villeray.

 

Vos commentaires
loading...