Publicité

Plus de 100 000$ pour de nouveaux projets dans Mercier-Est en 2016-2018

Vie de quartier
La traverse piétonne de la rue Hochelaga, à la hauteur du marché d'alimentation IGA et de la rue A.A. Desroches, est parfois périlleuse à emprunter. Afin de mieux respecter les traverses piétonnes, SME a l’intention de mener une campagne de sensibilisation dans le quartier nommée « Traverse Funky ». (photo : Marie-Eve Cloutier)
La traverse piétonne de la rue Hochelaga, à la hauteur du marché d’alimentation IGA et de la rue A.A. Desroches, est parfois périlleuse à emprunter. Afin de mieux respecter les traverses piétonnes, SME a l’intention de mener une campagne de sensibilisation dans le quartier nommée « Traverse Funky ». (photo : Marie-Eve Cloutier)

Le Comité de développement socio-urbain (CDSU) de Solidarité Mercier-Est a présenté son Plan d’action avec les nouveaux projets à venir dans le quartier, le 22 septembre dernier. Le budget adopté, pour 2016-2018, totalise 111 500 $.

Plusieurs des investissements de Solidarité Mercier-Est (SME) seront mis en place pour revitaliser le quartier. SME investira également 45 000 $ auprès de la communauté pour fournir un meilleur accès économique et physique à une alimentation saine, considérée comme une priorité numéro un, selon 40 % des répondants à un sondage en ligne, réalisé à l’automne 2015. L’évaluation des différentes possibilités pour répondre au besoin des citoyens est encore sur la table, mais le marché public est l’une des idées les plus populaires. Le projet se concrétisera le 1er décembre.

Signature et rue partagée

Pour redorer l’image de la rue Hochelaga, de l’intersection French à Des Ormeaux, SME investira 30 000 $ pour marquer la rue commerciale d’une signature visuelle. Celle-ci pourra prendre plusieurs formes ; un logo, des éclairages ou un affichage. « On veut imaginer la signature visuelle de la rue tous ensemble », explique l’agente de développement du territoire de SME, Jessie Pelchat.

Toutefois, ce projet doit être pris en considération par l’arrondissement puisqu’il est aménagé sur l’espace public. « Nous souhaitons travailler de concert avec l’arrondissement pour développer un concept de signature visuelle qui fera consensus dans le milieu », ajoute l’agente de développement du territoire, Geneviève Dufresne. Selon la table de concertation, cette revitalisation de la rue apportera plusieurs bénéfices aux commerçants tout comme au résident du quartier. « On sent qu’il y a un réel engouement pour la rue Hochelaga, c’est pourquoi on tient à l’embellir », explique Geneviève Dufresne.

Piétons avant tout

Lors de cette réunion du CDSU (feu-CRL), les réponses du sondage à l’égard du pôle culturel de Mercier-Est qui a eu lieu lors de la journée Park(ing) Day, le 16 septembre dernier, ont été dévoilées.

Des 237 personnes ayant participé, 61 % d’entre elles souhaitent que l’espace de la deuxième place publique, situé en face du Chez-Nous de Mercier-Est et du PITREM, soit dédié à la relaxation. Rappelons qu’une première place publique doit être aménagée entre la Maison de la culture Mercier et le bâtiment où est situé Station Vu et Production Jeun’Est.

Solidarité Mercier-Est souhaite aussi convertir la rue A.-A. Desroches jusqu’à Hochelaga en rue partagée. « Une rue partagée est une rue où il y a encore circulation d’automobile, mais où il y a plusieurs mesures d’atténuation de circulation », explique Jessie Pelchat. Ce changement permettrait d’augmenter la superficie du parc Germaine-Pépin et d’avantager les piétonniers.

Afin que cela puisse se réaliser, l’arrondissement de Mercier-Hochelega-Maisonneuve déposera cette idée de projet à la Ville de Montréal le 30 septembre. Si le projet est accepté, les investissements se dérouleraient sur une période de trois ans et une consultation citoyenne aurait lieu. « Ce serait un bel ajout pour l’entrée de quartier », met de l’avant Jessie Pelchat.

Pour respecter les traverses piétonnes, SME a l’intention de mener une campagne de sensibilisation dans le quartier au nom de « Traverse Funky ». La méthodologie, qui a été testée au Park(ing) Day, consiste à traverser la rue à l’aide d’une pancarte loufoque, pour ainsi attirer l’attention du conducteur et l’inciter a arrêté. Le tout est fait dans le but de sensibiliser les automobilistes.

D’autres projets d’envergure ont été proposés pour revitaliser le quartier lors de cette rencontre, telle que l’ajout d’une autre terrasse collective, un rallye gourmand pour mettre en valeur les entreprises alimentaires locales et bien d’autres.

Vos commentaires
loading...