Publicité

Une programmation diversifiée pour Station Vu

Culture
L'aide financière accordée à Station Vu va permettre à l'organisme d'assurer une programmation hebdomadaire pour encore quelques mois. (photo: Marie-Eve Cloutier)
(photo: Marie-Eve Cloutier)

La nouvelle saison de Station Vu, s’ouvre en grand ce soir (le 9 septembre), avec la présentation de King Dave, film réalisé par Podz. La projection sera suivie d’une rencontre avec Jérôme Sabourin, le directeur photo derrière cette œuvre tournée en plan-séquence. Une des surprises que réserve la programmation automnale de ce cinéma de quartier.

Voilà le genre de rendez-vous qui attendent les cinéphiles de l’est de Montréal à Station Vu, l’un des rares cinémas indépendants au Québec. Derrière les portes du 8075, rue Hochelaga, se cachent non seulement des salles de projection dédiées au cinéma indépendant d’ici ou d’ailleurs, mais aussi un point de rencontre entre le public et ceux qui travaillent derrière les caméras.

Il s’agit d’une des marques de commerce de Station Vu. « On prône la participation des réalisateurs ou des artisans du cinéma, qui sont souvent présents après la projection de leur film. Cela change totalement la perspective des spectateurs de découvrir l’arrière-scène de ces longs métrages », indique Julie-Andrée Héroux, coordonnatrice de cette corporation sans but lucratif.

Ainsi, les amoureux du cinéma peuvent découvrir différentes facettes du septième art, comme avec le directeur photo Jérôme Sabourin, qui sera présent après la représentation de 19 h 30 ce soir (vendredi le 9 septembre). L’an dernier, l’équipe avait aussi reçu la maquilleuse derrière le film Un Paradis pour tous, où l’acteur Stéphane Crête incarne tous les personnages, soit une trentaine! Elle y présentait donc l’art de la métamorphose. « Mais c’est certain que nous faisons toujours une large place aux réalisateurs, parce que leurs films représentent leur vision », ajoute-t-elle.

Place au documentaire

La saison qui s’amorce fera aussi la part belle au documentaire, avec les Dimanches docus, un nouveau rendez-vous hebdomadaire. Lors de la projection, le réalisateur sera sur place pour raconter son expérience du tournage. « On est bien loin des documentaires très informatifs et un peu ternes, comme plusieurs se l’imaginent », explique la coordonnatrice. Chaque fois, on plonge dans des univers différents, avec des regards différents sur la réalité, ajoute-t-elle.

Les sujets vont de la dure réalité des chômeurs depuis les réformes instaurées en 2013, avec Pouding Chômeurs, en passant par le quotidien des aidants naturels, avec Partenaire invisible, ou en faisant un saut au cœur du Montréal militant des années 1960, avec Histoire hippie. Les spectateurs auront aussi l’occasion de voir Écartée, qui pose crûment sa caméra sur le quotidien d’un ex-détenu et de sa conjointe. Un long métrage de docu-fiction, ou un faux documentaire, pour public averti « très champs gauche » qui commence à faire parler de lui, souligne Julie-André Héroux.

Ouvrir ses horizons

Un titre en droite ligne avec la mission que Station Vu s’est donné pour la prochaine année, soit de laisser une plus large place aux longs métrages sortant des sentiers battus, histoire d’élargir encore son auditoire. « Bien sûr, on continuera de présenter les films de répertoire plus traditionnels, qui sont présentés à Cannes, cite en exemple la coordonnatrice. Mais nous voulons aussi élargir le spectre et mettre de l’avant des films plus alternatifs, qui ont du succès ailleurs, comme le Festival Sundance [l’un des principaux événements dédiés au cinéma indépendant au monde] ».

C’est le cas du film Prank, mettant en scène les hauts et les bas d’adolescents qui jouent de mauvais tours aux autres. Des attrape-nigauds qui tournent parfois mal. Après avoir été présenté au Festival du film de Toronto et à la Mostra de Venise, ce film tourné à petit budget par deux jeunes Québécois sera sur les écrans de Station Vu, le 28 octobre prochain.

Le cinéma de quartier présentera aussi en grande première Le pacte des insouciants, un premier film de Thomas Hinse, jeune cinéaste âgé d’à peine 17 ans. À la fin de son secondaire, il avait déjà signé deux pièces de théâtre, en plus d’y avoir incarné des rôles. On chuchote même en coulisse que ce serait un futur Xavier Dolan. « C’est aussi notre rôle de faire découvrir de nouveaux talents, même s’ils sortent du moule », précise Julie-Andrée Héroux.

Plusieurs films étrangers seront aussi à l’affiche, comme le drame américain Une vie fantastique, Les Cowboys, un road movie français, ou Notre petite sœur, film japonais adapté d’un manga. Si la programmation des mois de novembre et de décembre n’est pas encore complétée, l’équipe aimerait bien mettre à l’horaire certains longs métrages attendus, dont celui de Xavier Dolan, de Pedro Almodóvar et le nouveau film de Yan England, qui a déjà remporté un prix à Angoulême, cet été.

À noter : l’horaire de projections a été modifié par rapport à la saison dernière. Ainsi, les films sont présentés les jeudis et vendredis, à 15 h et à 19 h 30, les samedis, à 19 h 30 et les dimanches, à 15 h. Il est possible de connaître l’horaire détaillé des films en consultant le site web de Station Vu.

Vos commentaires
loading...