Publicité

Vérifiez vos sorbiers

Environnement
Un sorbier de la rue Duchesneau, sacrifié à cause de la brûlure bactérienne. (photo : Stéphane Desjardins)
Un sorbier de la rue Duchesneau, sacrifié à cause de la brûlure bactérienne. (photo : Stéphane Desjardins)

Une bactérie a contaminé des sorbiers de la rue Duchesneau, dans le Faubourg Contrecœur. Allez inspecter vos arbres.

Une citoyenne de la rue Duchesneau, au sud de la rue Rousseau, a alerté Pamplemousse.ca il y a quelques jours au sujet d’un avis délivré par l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve concernant la « brûlure bactérienne du pommier ».

Cette maladie, produite par la bactérie Erwinia amylovara, affecte les pommiers, les pommetiers, les poiriers et les sorbiers. Or, ces espèces, surtout les sorbiers, sont très présentes dans Mercier-Est, notamment dans le Faubourg Contrecœur. La maladie entraîne un flétrissement des branches et peut éventuellement causer la mort de l’arbre.

L’arrondissement a remis six avis le 11 août dernier après qu’une inspectrice en horticulture et arboriculture eût constaté la contamination des sorbiers de la rue Duchesneau. Sur place, Pamplemousse.ca a pu voir plusieurs arbres affectés. Certains ont déjà été coupés.

La bactérie Erwinia amylovara pénètre dans l’arbre par ses fleurs. Ses rameaux flétrissent, brunissent et se courbent comme la crosse d’une canne, révèle un feuillet explicatif d’Agriculture, Pêcheries et Alimentation Québec, distribué par l’arrondissement avec l’avis de son inspectrice. Le ministère suggère de couper la branche atteinte de 30 à 45 cm sous la zone affectée, qui est brune, et de désinfecter les outils après chaque coupe avec de l’alcool à friction. Il faut ensuite laisser sécher les branches coupées et les jeter dans un sac de plastique bien fermé. Le ministère suggère de couper l’arbre au complet si le tronc est affecté.

De son côté, l’arrondissement suggère de lier les branches en fagots de 1 mètre de long et de 50 cm de diamètre (aucune branche ne doit avoir un diamètre de plus de 5 cm) et de les déposer dans la collecte des ordures ménagères, ou de les apporter à un Éco-centre qui accepte les débris végétaux (une preuve de résidence sera demandée).

Pas de contravention

Les citoyens visés par ces mesures ne risquent pas de subir une contravention, puisque les sorbiers ne sont pas situés sur le terrain de la Ville. Ce sont donc des arbres privés. Pour sauver votre sorbier ou éviter de contaminer ceux de vos voisins, il faudra effectuer des vérifications dès maintenant et de temps à autre jusqu’à l’hiver. Si votre arbre est infecté, il faut réagir rapidement pour éviter que la maladie ne se propage au reste du quartier. Une rue sans arbres perd de son cachet et affecte la valeur des propriétés.

Il se peut que certains résidents n’aient pas reçu l’avis de l’arrondissement, puisque la dame qui a alerté Pamplemousse.ca a trouvé le sien sous son bac de recyclage, vraisemblablement emporté à cet endroit par le vent.

Un nombre restreint d’espèces d’arbres ont été plantés dans le Faubourg Contrecœur. Les citoyens doivent composer avec des restrictions liées au règlement d’urbanisme lorsqu’ils veulent en planter d’autres. Ces contraintes sont liées au fait que Montréal privilégie la plantation d’une seule espèce sur un ou plusieurs tronçons de rue, une philosophie préconisée par les designers urbains. Cette façon de faire est remise en question, car elle rend les quartiers vulnérables aux maladies (on l’a vu avec l’agrile du frêne). À l’avenir, les autorités songent à privilégier la diversité des espèces.

D’ici là, les citoyens du Faubourg doivent composer avec un des règlements d’urbanisme les plus contraignants de la métropole.

Vos commentaires
loading...