Publicité

À la découverte des ruelles vertes

Environnement, Vie de quartier
La ruelle des Générations fera partie du parcours, lors de la marche exploratoire du 24 octobre prochain. (Photo Marie-Eve Cloutier archives Pamplemousse.ca)
La ruelle des Générations fera partie du parcours, lors de la marche exploratoire du 24 octobre prochain. (Photo Marie-Eve Cloutier archives Pamplemousse.ca)

Le lundi 24 octobre prochain, l’Éco-quartier Mercier–Hochelaga-Maisonneuve invite les citoyens à découvrir trois des huit ruelles vertes de Mercier-Est. Une marche exploratoire qui mettra aussi en vedette un citoyen très impliqué dans le quartier, Michel Ferrara.

Pendant une heure, les participants pourront parcourir ces espaces bien cachés dans les arrière-cours des résidences. En effet, on peut passer sur les rues devant des ruelles vertes sans même en connaître leur existence, explique Emmanuelle Demers, formatrice en environnement à l’Éco-quartier. « Nous voulions donc faire découvrir ces espaces aux marcheurs qui offrent une alternative très intéressante aux rues et aux grandes artères. »

Pendant une heure, les participants sillonneront ainsi les ruelles Des Générations (Pierre-de-Coubertin/French/Hochelaga/Pierre-Bernard), French (de Marseille/Ste-Claire/Pierre-Bernard/French) et de Marseille (de Marseille/Josephe-Nolin/Aubry/Taillon), toutes situées dans le même secteur. « Nous allons prendre le temps de voir ce qui a été aménagé dans chacun des cas, comme les nichoirs, les bacs à fleurs, les peintures sur sol, etc. », explique Emmanuelle Demers.

De quoi inspirer ceux qui aimeraient instaurer un tel projet dans leur secteur. « On y abordera aussi le processus qui permet de mettre en place des ruelles vertes, ce qui rend le concept attrayant, tout en découvrant les différents aménagements », ajoute l’organisatrice. L’activité, organisée dans le cadre de la campagne de sensibilisation Tous piétons! À la recherche des pas perdus qui se déroule tout le mois d’octobre, veut mettre en valeur la marche comme mode de transport actif, mais permettre aussi de porter un regard critique quant aux différents aménagements urbains qui facilitent ou, au contraire, nuisent aux déplacements à pied.

Dans les souliers de…

L’activité mettra aussi en vedette un piéton vedette, Michel Ferrara. Un rôle taillé sur mesure pour ce résidant de Mercier-Est depuis une vingtaine d’années et qui a laissé tomber la voiture dans les années… 1980! Un geste rare à l’époque. « Vous savez qu’il y a des gens qui prennent leur auto pour aller au dépanneur au coin de la rue? J’étais de ceux-là! Au début, j’ai trouvé cela un peu difficile, mais ça m’a obligé à marcher, ce qui est très bon pour la santé. Et aujourd’hui, je peux me promener partout à Montréal en ne payant que 49,75 $ pour une carte de bus à tarif réduit pour les gens de 65 ans et plus. »

La ruelle St-Victor a été la première à être inaugurée dans Mercier-Est, en 2011. (Photo Marie-Eve Cloutier, archives Pamplemousse.ca)

La ruelle Saint-Victor a été la première à être inaugurée dans Mercier-Est, en 2011. (Photo Marie-Eve Cloutier, archives Pamplemousse.ca)

C’est aussi par souci écologique que Michel Ferrara a fait ce choix. Même s’il « préfère rester dans l’ombre » et ne pas trop se mettre à l’avant-scène, le citoyen multiplie les implications pour améliorer l’environnement dans l’arrondissement. Bénévole à l’Éco-quartier depuis une dizaine d’années, il fait aussi partie des membres fondateurs du comité citoyen du parc Thomas-Chapais, créé en 2013.

Le retraité ne compte pas ses heures et s’implique à la distribution de fleurs par l’arrondissement, lors des collectes de nerpruns au parc Thomas-Chapais, des différentes fêtes des familles de l’arrondissement, etc. « Et quand je ne sais pas quoi faire, je sors avec mon sac-poubelle pour ramasser les déchets au parc Thomas-Chapais », raconte-t-il. S’il a toujours cru à la force du nombre, il estime que chaque petit geste compte.

Il pourra ainsi émailler la visite de lundi avec sa solide connaissance du quartier et des enjeux environnementaux.  «  En 2011, j’ai participé à l’implantation de la première ruelle verte du quartier, rue Saint-Victor. À l’époque, l’Éco-quartier m’avait appelé parce que les citoyens voulaient y installer des nichoirs et que je m’y connais un peu sur le sujet. » Grâce à lui, ils ont déniché un ébéniste du quartier qui a taillé sur mesure ces petites cabanes à oiseaux, gratuitement.

Passionné d’ornithologie, Michel Ferrara possède d’ailleurs une douzaine de livres sur les nichoirs, des ouvrages rares et difficiles à trouver selon lui. « C’est important de se renseigner, car, selon les espèces d’oiseaux qu’on veut attirer, l’entrée doit être différente », ajoute-t-il.

La marche est organisée par l’Éco-quartier, en collaboration avec le Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM), le Conseil régional en environnement (CRÉ) de Montréal et Piétons Québec. Un événement qui s’inscrit dans la série « Dans les souliers de… » et qui permet de comprendre la réalité de différents marcheurs : un citoyen, un aîné, un non-voyant, une femme la nuit et même du maire Denis Coderre!  Pour que l’activité ait lieu, il faut réunir un minimum de participants. C’est pourquoi il faut s’inscrire à l’avance au [email protected] comhm.com ou au 514-253-5777.

En savoir plus

Lieu de rendez-vous : devant le 8628, rue Hochelaga
Date : Lundi 24 octobre 2016
Heure : 16 h 30
Durée : 1 h 00
Inscriptions obligatoires
Annulé en cas de pluie
Information et inscription : [email protected] comhm.com ou 514-253-5777

Vos commentaires
loading...