Publicité

Exclusif : Le déménagement de l’Antre-Jeunes retardé

Vie de quartier
Les locaux de l'Antre-Jeunes de Mercier-Est, rue Hochelaga. (Photo: Anne-Marie Tremblay)
Les locaux actuels de l’Antre-Jeunes de Mercier-Est, rue Hochelaga. (Photo: Anne-Marie Tremblay)

Nouveau délai dans le dossier de la relocalisation de L’Antre-Jeunes de Mercier-Est : après des mois d’attente, la maison de jeunes a vu son déménagement reporté, alors que l’organisme devait s’installer au 8693, rue Hochelaga les 27 et 28 octobre prochains. « On nous a prévenus que les travaux n’étaient pas terminés et qu’il y aurait au moins deux semaines de retard », indique Marie Anne Guichandut, adjointe à la direction.

« C’est épouvantable! », lance-t-elle, découragée. En effet, cela fait de longs mois que l’organisme communautaire cherche un nouveau toit, alors que son bâtiment actuel montre toutes sortes de problèmes, notamment de moisissure et de ventilation. C’est finalement l’arrondissement qui avait suggéré à la maison de jeunes de prendre place au-dessus du Jean Coutu, au 8693, rue Hochelaga.

Les deux grands locaux mis à la disposition de l’Antre-Jeunes devaient ainsi être transformés pour répondre aux besoins de l’organisme. Et c’est là que le bât blesse : le 14 octobre dernier, ils ont été informés que les travaux, menés par le propriétaire de l’immeuble, ne seraient pas terminés à temps pour leur installation.

Du côté de l’arrondissement, on avance la date du 18 novembre pour un éventuel déménagement, mais rien n’est encore coulé dans le béton. En effet, c’est le propriétaire qui est mandataire des travaux et il semblerait avoir certains délais pour la réception de matériaux.

En attente

L’équipe ne sait donc plus sur quel pied danser, compte tenu du fait qu’ils ne peuvent rien prévoir à long terme. « Ce n’est pas simple comme situation, car il y a plein de détails à régler, par exemple, il faut faire les changements d’adresse, avertir les bailleurs de fonds, etc. », explique l’adjointe à la direction. « Ce n’est pas évident, car nos animateurs préparent des activités pour les jeunes sur un mois et il faut parfois réserve », ajoute-t-elle. De plus, l’Antre-Jeunes devait fermer temporairement ses locaux autour du déménagement. L’équipe a donc dû chambouler sa planification à la dernière minute pour accueillir les adolescents du quartier.

C’est d’autant plus problématique que les jeunes et l’équipe actuelle doivent travailler dans un bâtiment où des moisissures ont été détectées posant des risques pour la santé, indique Julie Ouellet, directrice générale de l’organisme. Elle parle en connaissance de cause, alors qu’elle est en congé de maladie depuis décembre 2015 pour des problèmes respiratoires qui seraient, selon elle, attribuables à la mauvaise qualité de l’air du bâtiment.

Même si elle est consciente que tout le monde est de bonne foi, elle a vraiment hâte que le dossier soit réglé pour réintégrer son poste. « C’est sûr que nous aurions aimé trouvé un local avec pignon sur rue, plutôt que de partager l’étage d’un immeuble avec un dentiste et un massothérapeute [et les Loisirs Sainte-Claire] , mais l’important, c’est que nous soyons installés dans un endroit qui ne pose pas de problèmes pour la santé », ajoute-t-elle.

 

 

 

Vos commentaires
loading...