Publicité

Feu à Longue-Pointe chez M. Ambroise Lachapelle (deuxième partie)

Histoire
Les détails de l'édition du journal La Patrie du 26 mai 1898. (image: capture d'écran - collections.banq.qc.ca)
Les détails de l’édition du journal La Patrie du 26 mai 1898. (image: capture d’écran – collections.banq.qc.ca)

En mai 1898, deux familles de Longue-Pointe ont été surprises par les flammes dans leur sommeil. L’origine du feu est mystérieuse: une main criminelle aurait-elle provoqué l’incendie? Voici la deuxième partie de l’histoire.

La semaine dernière, on apprenait qu’un incendie avait tiré de leur sommeil deux familles, les Lachapelles et les Lamontage, qui habitaient dans une même maison, située au centre du village de Longue-Pointe. Le drame avait fait une victime, Henriette Reeves, la tante de la femme d’Ambroise Lachapelle, le propriétaire de la maison.

Le journal La Patrie rapportait quelques détails de l’enquête et du verdict du coronaire, en mai 1898.

Le feu a été mis probablement par une pipe

Hier après-midi, le coroner McMahon a tenu une enquête à la Longue-Pointe au sujet de la mort de Mlle Reeves, qui a péri dans l’incendie de mercredi soir. Le témoignage le plus important a été celui d’Ambroise Lachapelle, le propriétaire de la maison. Il a déposé qu’il avait passé la soirée avec sa femme sur le balcon de sa maison.

À 9 h, il a rentré avec elle et s’est mis au lit sans allumer de lampe et sans faire de feu. Il avait fumé sur le balcon, et en entrant, il se rappelle qu’il a glisse sa pipe dans la poche de son habit sans s’assurer si elle était bien éteinte. Il ne se souvient pas si c’est dans la chambre ou dans la cuisine.

Mlle Reeves avait 81 ans. Elle était sourde et muette et presque complètement aveugle. Elle était au lit à 9 h et ne s’est pas levée. Ce ne peut être elle qui a mis le feu.

Après avoir entendu plusieurs autres témoins, les jurés ont rendu un verdict de mort accidentelle.

Vos commentaires
loading...