Publicité

Plus de 3M$ pour récupérer et convertir une ancienne école

Éducation
Le 3075, avenue Lebrun sera récupéré et reconverti pour accueillir des élèves. (photo : Anne-Marie Tremblay archives Pamplemousse.ca)
Le 3075, avenue Lebrun sera récupéré et reconverti pour accueillir des élèves. (photo : Anne-Marie Tremblay archives Pamplemousse.ca)

Un montant de 3,7 M$ sera injecté par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) pour la reprise et la rénovation du 3075, avenue Lebrun. Cet investissement permettra de récupérer cet ancien établissement scolaire et d’y aménager quatorze classes et un gymnase, qui se grefferont à l’école Sainte-Claire.

« C’est sécurisant de savoir que nous avons obtenu le montant demandé. Et cela nous confirme aussi que nous allons pouvoir rénover à temps », affirme Émilie Auclair, commissaire scolaire de Mercier. En effet, si le projet avait déjà été accepté, tous les montants nécessaires à sa réalisation n’avaient pas encore été approuvés par le ministère jusqu’à maintenant.

Selon les plans sur la table, les nouveaux élèves devraient être accueillis dès 2018 -2019. C’est aussi dans ce bâtiment, qui abrite actuellement le CPE Bilbo, que l’école alternative Alter égaux pourrait voir le jour. Toutefois, si ce projet qui s’intégrerait à l’école Sainte-Claire est toujours sur les rails, rien n’a encore été décidé à ce chapitre, précise la commissaire. Idem avec la relocalisation du CPE.

Au total, 24,1 M$ seront accordés à différents projets sur le territoire de Montréal par le MELS. Ces montants permettront à la CSDM de procéder aux appels d’offres pour aller de l’avant pour l’agrandissement et la reconstruction de plusieurs établissements.

Des écoles qui débordent

Une excellente nouvelle, juge Émilie Auclair, d’autant plus que le quartier est aux prises avec une importante augmentation de son nombre d’élèves. En effet, selon les prévisions du MELS, le secteur Tétreaultville en comptera 1020 supplémentaires en 2019-2020. À titre de comparaison, une école de taille moyenne, comme Saint-François-d’Assise, compte un peu plus 340 enfants, indique-t-on sur son site Internet.

« Nous vivons un manque important d’espace pour les élèves du quartier. La reprise et la conversion de cet immeuble excédentaire en école active permettront d’accroître la capacité d’accueil tout en améliorant la qualité du milieu d’apprentissage », ajoute la commissaire. Cette reprise n’est pas le seul moyen mis sur pied pour faire face à ce flot d’inscriptions. En effet, à cela s’ajoutent les agrandissements de deux écoles, soit Philippe-Labarre (huit classes et un gymnase) et Saint-François-d’Assise (huit classes).

Demande de changement de vocation pour Irénée-Lussier

Pour faire face à ce changement démographique, un projet de récupération de l’école Irénée-Lussier est également à l’ordre du jour, ajoute Émilie Auclair. Cet établissement scolaire, qui compte un bâtiment principal dans Hochelaga-Maisonneuve et une annexe dans Mercier-Est, rue Mousseau, s’adresse à des enfants souffrant de déficience intellectuelle et de, souvent, de handicaps.

Implanté dans l’école le Caron, qui accueillait une clientèle régulière jusqu’en 2006, le bâtiment n’est pas tout à fait adapté à leur réalité. « Par exemple à cause des nombreux escaliers, ce qui complexifie les déplacements des enfants en fauteuil roulant », cite-t-elle en exemple. Ainsi, la CSDM invite le MELS à construire une nouvelle école qui répondrait vraiment aux besoins de ces élèves. Une demande en ce sens a d’ailleurs été adoptée lors du conseil des commissaires le 26 octobre dernier, précise-t-elle.

« Ce n’est pas que nous ne voulons pas accueillir cette clientèle, mais je pense qu’il serait possible de leur offrir un environnement mieux adapté à leurs besoins », explique Émilie Auclair. Ce projet permettrait de faire d’une pierre deux coups. D’une part, les élèves bénéficieraient d’un établissement aménagé sur mesure. De l’autre, cela libérerait une école complète pour accueillir les enfants du quartier.

Vos commentaires
loading...