Publicité

Un goût du Mexique, rue Hochelaga

Économie
Margarita Édith Rivera et Walter Romeo Tamacas ont converti le 8517, rue Hochelaga en taqueria mexicaine. (photo: Anne-Marie Tremblay)
Margarita Édith Rivera et Walter Romeo Tamacas ont converti le 8517, rue Hochelaga en taqueria mexicaine. (photo: Anne-Marie Tremblay)

Burritos. Quesadillas. Tostadas. Tacos. Nachos. Churros. Après avoir accueilli tour à tour un traiteur et un restaurant de smoked meat, le 8517, rue Hochelaga propose maintenant un menu typiquement mexicain, avec l’ouverture de la taqueria Nopales.

Autrefois propriétaires d’un « Apportez votre vin » italien, rue Fleury, Walter Romeo Tamacas et Margarita Édith Rivera cherchaient une nouvelle opportunité d’affaires, après la vente de ce resto. Quand ils ont visité le 8517, rue Hochelaga, tout près de Lebrun, ils ont tout de suite été charmés par l’ambiance du petit local et par le grand comptoir, à l’ancienne, explique Mme Rivera. « J’ai vraiment eu un coup de cœur pour le quartier, que je ne connaissais pas, ajoute-t-elle. Les rues sont propres, il y a beaucoup de familles, d’enfants et de gens qui fréquentent la rue Hochelaga. »

Le couple, arrivé du Salvador il y a trente ans, a donc décidé de mettre le cap sur l’est de Montréal pour y poursuivre son aventure culinaire. Comme il n’y avait rien du genre dans le quartier, et même à proximité, ils ont donc eu l’idée de convertir l’endroit en taqueria mexicaine, soit un restaurant spécialisé dans les tacos et autres plats du pays. « Le Mexique a une grande influence en Amérique centrale, autant du point de vue culturel, par la musique, ou encore par la nourriture. De plus, j’ai toujours été amateur de gastronomie mexicaine », explique Walter Romeo Tamacas.

Le Nopales, mot espagnol qui désigne un cactus qu’on cuisine au Mexique, arbore de grandes télés en arrière-fonds, des photos colorées, plusieurs drapeaux du pays et des sombreros, donnant une touche latine au petit restaurant de style cantine. Et ce, sans compter le menu, composé d’aliments frais et faits maison.

Le secret est dans la sauce

En effet, la sauce ranchera (accompagnement des burritos et des quesadillas), les marinades, les chorizos et même les nachos sont fabriqués sur place, selon les recettes secrètes du propriétaire. « Même à moi, il ne veut pas me les dire! », lance en riant sa conjointe. Des plats qu’il a testés maintes fois à la table familiale, avant de revêtir son tablier au restaurant.

Si ces mets sont grandement inspirés du Mexique, il s’agit plutôt de spécialités tex-mex, précise-t-elle. « En fait, plusieurs Mexicains ont immigré dans le sud des États-Unis. Le mélange de ces deux cultures a donné naissance aux tacos, aux nachos, etc. C’est ce que nous servons ici. »

De plus, la carte propose quelques items plus conventionnels comme des hamburgers et des frites. Ouvert dès 7 h le matin, le restaurant sert aussi des déjeuners, en formule classique ou accompagnés de salsa, de tortillas, de crème sure, de fèves, etc. « On a été à l’écoute de ce que les gens disaient et on s’y est adapté, explique M. Tamacas. On tente aussi de maintenir des prix abordables et d’offrir des portions généreuses pour que les clients en aient pour leur argent. » Les plats peuvent se manger sur place, être emportés ou livrés.

Jusqu’à maintenant, la réponse est bonne et les clients sont au rendez-vous, se réjouissent les deux propriétaires. D’ailleurs, lors de notre passage, incognito, un vendredi soir, la majorité des tables de la petite cantine étaient occupées et le personnel était bien affairé. « Nous avons trouvé une communauté qui nous a beaucoup aidés, par le bouche à oreilles, entre autres, constate Mme Rivera. Et l’ambiance du quartier et du restaurant nous rappelle un peu le Salvador. »

Vos commentaires
loading...