Publicité

Bilan de l’an 1 du gouvernement Trudeau : beaucoup de sourires, peu de résultats

Élus
(photo : Radio Television Malacañang (RTVM) - Wikimedia)
(photo : Radio Television Malacañang (RTVM) – Wikimedia)

Il y a maintenant près d’un an que j’ai l’honneur de vous représenter et d’être à votre service en tant que député de La Pointe-de-l’Île. Avec mon équipe, nous avons pu procéder à une transition harmonieuse dans le traitement des dossiers en cours, notamment en conservant le même bureau de circonscription qui avait été inauguré par Francine Lalonde à la fin de son dernier mandat.

Je me suis engagé à faire équipe avec vous et les intervenants de tous les milieux pour faire progresser La Pointe-de-L’Île vers son plein développement socio-économique, et à porter le changement le plus prometteur pour le Québec : devenir un pays libre, prospère, ouvert sur le monde, à la mesure de nos aspirations!

Bilan parlementaire

Je suis heureux d’avoir été désigné porte-parole du Bloc Québécois en matière de langues officielles, de citoyenneté et d’immigration ainsi qu’à la Francophonie. J’ai eu l’occasion d’intervenir au parlement d’Ottawa et de faire bouger le fédéral sur certains dossiers.

Au parlement d’Ottawa, le Bloc a un rôle crucial à jouer pour faire en sorte que la somme approximative de 50 milliards d’impôts que les Québécoises et les Québécois envoient chaque année au fédéral servent le plus possible à développer le Québec dans toutes ses dimensions, au plan économique, social, culturel, environnemental, international, etc.

Le bilan de l’année et de la rentrée parlementaire démontre que malheureusement, peu importe qui gouverne à Ottawa, les intérêts du Québec passent en dernier. Nous accordons aux libéraux que certaines mesures spécifiques de leur budget étaient souhaitables, comme le programme d’allocation aux familles et le réinvestissement dans les communautés autochtones. Mais dans l’ensemble, le budget ne répond à aucun des besoins particuliers du Québec, ni sur le plan social ni sur le plan économique.

Le budget Trudeau utilise largement nos impôts fédéraux pour le secteur de l’automobile et ses activités de recherches concentrées en Ontario, ainsi que pour l’industrie pétrolière de l’Ouest. Les prestations d’assurance-emploi sont prolongées pour douze régions économiques du Canada, mais rien de tel pour Montréal ou les régions ressources du Québec. Il n’y a toujours rien eu pour le bois d’œuvre, rien pour Bombardier, rien pour le lait diafiltré, rien pour Lac-Mégantic, rien pour rétablir le service postal. En santé, les libéraux adoptent les coupes de Harper. Que font les 40 députés libéraux québécois pour faire avancer ces dossiers importants pour le Québec? On ne le sait pas. On ne les entend pas.

Après d’innombrables « selfies » et déclarations maladroites du premier ministre, de multiples découvertes de dépenses abusives de fonds publics, M. Trudeau contourne ou renie carrément des promesses phares. Citons un autre exemple : la promesse de baisses d’impôt pour la classe moyenne profite surtout aux contribuables ayant un revenu imposable de plus de 89 400 $, ce qui n’est pas tout à fait la classe moyenne, n’est-ce pas? Bien que le Bloc Québécois soit favorable à des investissements pour relancer l’économie, il faut quand même noter que le déficit prévu sera plus du triple de ce qu’avaient promis les libéraux pendant la campagne électorale.

En environnement, les libéraux adoptent les cibles de Harper. La ratification de l’Accord de Paris sur les changements climatiques n’est qu’un écran de fumée. En même temps, le fédéral approuvait le gazoduc Pacific Northwest LNG qui deviendra un des plus importants émetteurs de gaz à effet de serre au Canada. Il compte faire approuver Énergie-Est pour soutenir l’industrie polluante des sables bitumineux de l’Ouest.

En bref, sous Stephen Harper, le Québec se faisait dire non avec un air de bœuf. Sous Justin Trudeau, le Québec se fait dire non avec le sourire. C’est plus joli sur la photo, mais le Québec n’y gagne pas plus.

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...