Publicité

Circulation et chantiers ne font pas bon ménage

Élus, Transport
Le conseil d'arrondissement (photo: Anne-Marie Tremblay)
Le conseil d’arrondissement (photo: Anne-Marie Tremblay)

Plusieurs problèmes de circulation ont été mis sur le tapis par des citoyens de Mercier-Est, lors de la dernière séance du conseil d’arrondissement, le 1er novembre dernier.

Ils ont dénoncé, entre autres, la difficulté de sortir et d’entrer dans le quartier à cause de la multiplication des cônes orange. « Actuellement, il y a plusieurs entraves pour quitter le quartier, avec les travaux sur les rues Hochelaga, Notre-Dame et Sherbrooke », a expliqué un citoyen. En effet, un grand chantier se déroule actuellement sur la rue Notre-Dame, alors que les travaux autour de l’autoroute 25 nuisent à la fluidité sur Hochelaga et bloquent plusieurs voix sur Sherbrooke.

Une revendication qui fait écho à celle de plusieurs résidants du quartier qui, sur Facebook, se sont plaint des bouchons sur la rue Sherbrooke, causé par les entraves et par la synchronisation des feux de circulation. Fin septembre, certains conducteurs disaient avoir mis jusqu’à 35 minutes pour se rendre de la rue des Ormeaux à la place Versailles. « Avec trois voies entravées gravement, comment peut-on affirmer qu’il y a une planification des travaux pour réduire l’impact sur la circulation automobile? », a questionné le citoyen.

« Oui, il y a un effort de coordination, mais c’est certain que c’est un environnement où il y en a beaucoup, a répondu le maire de l’arrondissement », Réal Ménard. La planification des chantiers se fait même sur cinq ans, a-t-il ajouté. Rappelons également que les travaux sont menés par différentes instances, soit la ville-centre, la Société de transport de Montréal (STM) (métro Honoré-Beaugrand) et le ministère des Transports du Québec (MTQ) (autoroute 25).

Ce n’est pas la première fois que des citoyens se plaignent des difficultés causées par les chantiers dans le quartier, notamment autour du métro Honoré-Beaugrand. Plusieurs voisins de la station vivent des inconvénients depuis plusieurs mois, avec les circuits d’autobus qui y sont détournés, entre autres.

Dos d’âne demandé

La directrice du CPE Bécassine, Denise D’Astous, a déposé une pétition contenant quelque 70 noms de parents utilisateurs et de voisins pour réclamer l’implantation d’un dos d’âne sur la rue Mercier, au sud de Notre-Dame. En effet, comme le parc Honoré-Mercier, situé devant la garderie, a été complètement rajeuni cet été, de plus en plus de familles s’y présentent. « Cela nous permettrait d’augmenter la sécurité des enfants, car je ne suis vraiment pas certaine que la limite de 30 km/h [en vigueur autour des parcs et des écoles] est respectée par les automobilistes. »

« C’est, bien entendu, une priorité pour nous d’assurer la sécurité atour des écoles, des garderies et des parcs », assure Réal Ménard questionné à ce sujet par le Journal de Mercier-Est. « Je me suis engagé à me rendre sur place pour étudier ce que nous pourrions faire. » Toutefois, l’implantation d’un dos d’âne doit répondre à des règles très précises, a-t-il ajouté. Il faudra donc se pencher sur ce dossier pour évaluer quelle serait la meilleure solution.

Ce n’est pas la première fois que des problèmes sont soulevés dans ce secteur. En effet, lors de la publication de notre article sur les voies cyclables dans le quartier, des citoyens avaient pointé du doigt cet endroit. Une crainte partagée par la directrice générale de la Société d’animation de la Promenade Bellerive, Carole Castonguay.  Elle se disait inquiète, entre autres, du fait qu’il n’y avait pas d’abreuvoir dans l’espace vert fraîchement rénové. Ainsi, les enfants devaient traverser le stationnement et la piste cyclable pour boire de l’eau au chalet du parc.

À quand des BIXI dans Mercier?

La conseillère de Maisonneuve-Longue-Pointe, Laurence Lavigne Lalonde, a profité de son tour de parole en début de séance, pour dénoncer le fait que, malgré des investissements prévus dans le service BIXI, les vélos en libre-service sont loin d’être arrivés dans Mercier. « Cet investissement supplémentaire est une bonne nouvelle en soi, mais je me demande si la Ville ne devrait pas en faire plus », a-t-elle expliqué.

Sur les 80 nouvelles stations annoncées, cinq sont situées dans l’arrondissement, toutes dans Hochelaga-Maisonneuve. En effet, les sommes injectées permettront de consolider le réseau, plutôt que de l’étendre. « Ce qui signifie que, pour les gens de Mercier Ouest et Est, il va falloir attendre avant d’avoir accès à ce service. Des fois, on a l’impression que l’est de Montréal ne fait pas partie de la ville en soi », a-t-elle conclu.

Vos commentaires
loading...