Publicité

Donner pour les sans-abris

Vie de quartier
Steve Guénette, a organisé une grande journée de dons pour les itinérants de l'arrondissement. Aujourd'hui il remet cela et sollicite les dons des citoyens. (photo courtoisie Steve Guénette)
Steve Guénette a organisé une grande journée de dons pour les itinérants de l’arrondissement il y a deux ans. Aujourd’hui il remet cela et sollicite la générosité des citoyens pour les sans-abris du centre-ville et du quartier. (photo courtoisie Steve Guénette)

Il y a deux ans, Steve Guénette avait organisé une journée de dons, où il remettait un sac de survie hivernale à des sans-abris de l’arrondissement. Cette année, le résidant de Mercier-Est fait appel à la générosité du public pour ramasser vêtements chauds, nourriture ou autres gâteries qui seront distribués aux itinérants le 25 décembre, au centre-ville et près de chez lui.

C’est en sillonnant les rues du quartier et d’Hochelaga-Maisonneuve pour son travail de facteur que Steve Guénette prend conscience de l’augmentation de la pauvreté dans l’est de Montréal. « J’ai réalisé que le phénomène de l’itinérance ne se limitait pas au centre-ville, car je voyais de plus en plus de gens dehors. Et il y avait aussi des femmes. »

Cela lui a fait prendre conscience du fait qu’il était privilégié, car tous n’ont pas des chances égales dans la vie. « En même temps, cela m’a fait réaliser qu’on a tendance à fermer les yeux sur ce phénomène, à l’ignorer. Même moi, je faisais cela parfois. Puis, je me suis réveillé et j’ai commencé à faire de petits dons, par exemple, un pain à la personne qui quête devant les portes de l’épicerie du coin. Et je me suis mis à me demander comment ils survivaient, s’ils avaient de l’aide sociale, un toit, comment ils s’habillaient. »

C’est lorsqu’il offre quelques fruits, dont une orange, que le déclic se fait. « La personne s’est mise à l’éplucher devant moi, avec ses dents, et m’a dit qu’elle ne se souvenait plus de la dernière fois qu’elle en avait mangé une. Ça m’avait coûté, quoi, trente sous? » Il ne fait alors ni une ni deux et décide de distribuer des articles de survie aux itinérants de l’arrondissement, avec sa conjointe, ses enfants et quelques amis. Bas de laine, sandwichs, pommes, brosses à dents, sachets chauds et autres objets utiles sont remis à 75 personnes dans la rue, d’est en ouest.

Une expérience qui a laissé sa marque, entre autres chez ses deux adolescents. « Cela nous a permis, à ma conjointe et à moi, de les sensibiliser au fait que personne n’est jamais totalement à l’abri. Il suffit parfois de peu de choses pour tomber, par exemple, on perd son emploi, on entre en dépression, notre conjointe nous quitte, on perd notre toit, on se met à boire, etc. » Une spirale qui peut nous mener aussi loin que la rue.

Des imagés tirées du petit film, capté il y a deux ans, montrent la joie de ceux qui recevaient et qui donnaient! (photo courtoisie Steve Guénette)

Des images tirées du petit film, capté il y a deux ans, montrent la joie de ceux qui recevaient et qui donnaient! (photo: gracieuseté de Steve Guénette)

Une implication qui se poursuit

L’an dernier, Steve Guénette a mis sur pause son implication, parce qu’il était en arrêt de maladie. Mais cette année, il avait envie de remettre cela avec une formule renouvelée. Une connaissance a lancé un appel à tous pour solliciter dons et bénévolat et organiser une distribution, le 25 décembre, à la place Émilie-Gamelin. Il s’est donc joint au mouvement, à titre de bénévole, pour l’événement « Gâteries pour les sans-abris », qui permettra de remettre sacs à lunchs, vêtements, objets utiles ou petites douceurs. « Déjà, une quarantaine de personnes se sont montrées intéressées à participer, à faire un don, à cuisiner, etc. Mais plus on aura de choses à distribuer, mieux ce sera. »

Comme il s’agit d’une initiative citoyenne, qui n’est appuyée par aucun groupe communautaire, plusieurs détails restent à ficeler. Mais peu importe, Steve Guénette s’engage à remettre les dons récoltés aux sans-abris, d’une façon ou d’une autre. « Par exemple, j’ai décidé de faire des heures supplémentaires et d’utiliser cet argent pour acheter certains objets, comme des bas de laine. » Il offre aussi d’aller chercher les objets, par exemple des vêtements, chez les gens.

Ainsi, il lance un appel à tous ceux qui voudraient s’impliquer ou qui pensent avoir des articles qui pourraient être utiles, comme des gants, des bottes, des manteaux, des tuques, etc. « J’aimerais aussi aller voir les personnes itinérantes que je croise sur ma route dans l’arrondissement pour les inviter à venir le 25. Et s’ils ne peuvent pas, je voudrais leur préparer des sacs et aller leur porter sur place. Car, si ces gens ont peut-être une maison, ils ont aussi moins de ressources à proximité que ceux qui se trouvent au centre-ville. »

En savoir plus

La journée de don, organisée il y a deux ans, a fait l’objet d’un petit vidéo qu’on peut voir ici.
L’événement « Gâteries pour les sans-abris » se déroulera le 25 décembre, à la place Émilie-Gamelin.
Pour en savoir plus, consultez la page Facebook de l’événement.

Vos commentaires
loading...