Publicité

Exclusif : Grande transformation de la rue Notre-Dame en vue

Environnement, Transport
Les travaux au Nord de la rue devraient se terminer en décembre pour se poursuivre, plus tard en 2017, au Sud. (photo : Anne-Marie Tremblay)
Les travaux au Nord de la rue devraient se terminer en décembre pour se poursuivre, plus tard en 2017, au Sud. (photo : Anne-Marie Tremblay)

La rue Notre-Dame sera complètement transformée, entre Honoré-Beaugrand et Georges-V, au terme d’un chantier qui devrait s’étaler jusqu’en 2020 et qui s’inscrit dans la démarche quartier vert, actif et en santé.

Comme la rue Notre-Dame fait partie du réseau artériel, c’est la ville-centre qui pilote le chantier. Toutefois, l’arrondissement en a fait une brève présentation aux membres du Collectif en environnement Mercier-Est, début octobre. Membre de cette organisation, Jean Lapointe était sur place. « C’est un projet qui semble fort intéressant et, à ce que j’ai compris, qui s’inspire des conclusions des consultations publiques menées par Solidarité Mercier-Est, la table de concertation du quartier. »

« C’est assez gros », ajoute-t-il. En effet, la ville prévoit élargir les trottoirs de la rue Notre-Dame et faire passer le nombre de voies de six à cinq, dans tout le quartier. Ainsi, on retranchera l’une des voies qui se dirige vers l’Est. « On envisage aussi la modification des intersections entre les rues transversales et Notre-Dame en intégrant des saillies de trottoirs et en ajoutant des plantations », relate-t-il.

Vérification faite, le projet adopté par le comité exécutif en mai dernier comporte effectivement plusieurs mesures d’apaisement. Il permettra donc « (…) un nouveau partage de la rue Notre-Dame Est par l’élargissement des trottoirs, une diminution des voies de circulation, l’ajout d’arbres de rue, et l’amélioration de la sécurité aux intersections. De plus, des saillies seront aménagées sur les rues transversales », indique-t-on dans le sommaire décisionnel.

Un chantier de longue haleine

Le chantier se découpera en trois phases qui se succéderont d’ici 2020. La première portion, entre les rues Honoré-Beaugrand et St-Donat, est en cours et se déroulera jusqu’en juillet 2017. En plus du réaménagement des trottoirs, du planage et du revêtement bitumineux et des changements au niveau de l’éclairage, les travaux prévoient aussi la réhabilitation de 1000 mètres d’égouts, sur les rues Notre-Dame, Honoré-Beaugrand et Lepailleur, précise le document.  Au total, plus de 8M$ ont été octroyés à l’entreprise Les Constructions et Pavage Jeskar inc.

En 2018, les travaux s’attaqueront à la section de la rue située entre St-Donat et Mousseau. Ensuite, le chantier s’installera entre Mousseau et Georges-V, pour la période 2019-2020. Bien entendu, l’échéancier pourrait changer, en cas de retards ou d’imprévus.

Une touche de vert dans le quartier

« À la suite de consultations menées via des exercices de mobilisation citoyenne et à la volonté de l’arrondissement à investir dans des interventions locales, le réaménagement de la rue Notre-Dame Est, entre les rues Honoré-Beaugrand et Georges-V, se présente comme une réalisation de premier plan pour le quartier (…) afin de répondre aux besoins d’apaisement de la circulation au sein du programme de Quartier vert du quartier Mercier Est», indique le sommaire décisionnel.

Ces modifications faisaient partie des recommandations inscrites au plan Quartier vert actif et en santé de Solidarité Mercier-Est, duquel la ville-centre s’est inspiré dans son projet, rappelle-t-on à l’arrondissement. Un projet reposant sur des consultations menées sous forme de « cafés urbains » menés par la table de concertation, autour de 2009, 2010.

Un pas dans la bonne direction, juge Jean Lapointe. Toutefois, il aurait aimé connaître plus que les grandes lignes du chantier, « car c’est souvent dans les détails qu’on peut voir si le projet est vraiment réussi ou non. Par exemple, on ne sait pas quelles essences d’arbres seront plantées, quel sera le choix des végétaux, comment les plantations s’intégreront à l’ensemble. On ne connaît pas non plus l’image du mobilier urbain, les lampadaires, par exemple », indique-t-il.

D’ailleurs, même du côté de l’arrondissement, tous les détails de toutes les phases du projet ne sont pas encore connus. Et notre demande d’entrevue à la ville-centre est restée sans réponse.

Vos commentaires
loading...