Publicité

Le court-métrage débarque dans l’Est

Culture
Le court-métrage débarque dans l'Est, avec Longue vue sur le court. (photo tirée du site Internet de Longue vue sur le court)
Le court-métrage débarque dans l’Est, avec Longue vue sur le court. (photo tirée du site Internet de Longue vue sur le court)

Pour une première fois, Station Vu fait place au court-métrage en participant au festival Longue vue sur le court. À l’horaire, la présentation de productions d’ici et d’ailleurs, en collaboration avec cet événement qui met à l’affiche le meilleur du court-métrage.

Une initiative née de la rencontre entre Pierre Pageau, historien du cinéma et membre du conseil d’administration de Station Vu, et Benoit Desjardins, fondateur de Longue vue sur le court, un festival international qui prend place à Ville-Émard. « Ils se sont dit que ce serait bien de collaborer, puisque les gens de l’est de Montréal ne se rendront probablement pas jusque dans l’ouest pour l’événement. Ainsi, le festival a des antennes aux deux extrémités de l’île », raconte Julie-Andrée Héroux, coordonnatrice de Station Vu.

« Le festival Longue vue sur le court, qui en est à sa troisième édition, offre une programmation qui s’étend sur toute la fin de semaine. Mais pour cette première expérience, nous avons trouvé une formule d’introduction. Nous avons décidé de programmer seulement deux jours », poursuit-elle. Ainsi, vendredi dernier, Station Vu présentait les productions primées lors de l’édition 2015 du festival. Cette semaine, il fera le relais des films projetés pendant l’ouverture officielle de l’événement dans le sud-ouest, programmée la veille.

Un genre à découvrir

C’est une bonne façon de s’initier au court-métrage, un style encore peu connu, ajoute Julie-Andrée Héroux. « Les gens sont peu familiers avec ce genre. Chaque film raconte une mini-histoire différente, souvent avec un rythme rapide. Sans compter qu’on passe d’une émotion à une autre. » Par exemple, la soirée du 25 novembre permettra de se plonger dans l’univers tchèque de Happy End, une comédie sombre sur la mort de six minutes, sans paroles, à celui tout aussi noir d’une fête entre adolescents qui tourne mal, avec la présentation de Carla en 10 secondes, une production québécoise. La sélection touchera à des thèmes aussi éclectiques que la religion, les traumatismes, les dangers du désert tunisiens ou les robots.

Lors de la soirée, un jury constitué de membres de Station Vu votera pour son coup de cœur. Le court-métrage qui obtiendra la faveur populaire sera ensuite projeté avant chaque représentation, jusqu’aux fêtes. « Cela lui donnera de la visibilité, ce qui est intéressant pour le réalisateur ou la réalisatrice. C’est notre façon de récompenser leur travail », précise Julie-Andrée Héroux.

Plusieurs autres films seront à l’affiche de Station Vu d’ici la fin de la saison 2016, le 17 décembre prochain. Côté documentaire, Le Chantier des possibles d’Ève Lamont sera à l’horaire le 26 novembre. La réalisatrice, qui a posé son objectif sur Pointe-Saint-Charles, quartier ouvrier qui a su innover et créer socialement, sera sur place. À surveiller aussi, la programmation de décembre, qui mettra à l’horaire le succès 1:54 de Yan England, Le pacte des anges, avec Marc Messier et American Honey, long-métrage présenté à Sundance, le seul festival américain destiné au cinéma indépendant.

Longue vue sur le court
Vendredi 25 novembre 2016
Présenté à 15 h et à 19 h 30
Station Vu
8075, rue Hochelaga

Vos commentaires
loading...