Publicité

Une approche résolue, équilibré et responsable

Communiqués
Le salon bleu de l’Assemblée nationale du Québec (photo : Wikipedia)
Le salon bleu de l’Assemblée nationale du Québec (photo : Wikipedia)

Le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, le président du caucus des députés du Parti Québécois, Maka Kotto, la porte-parole en matière de laïcité, Agnès Maltais, ainsi que la whip en chef de l’opposition officielle et porte-parole en matière d’immigration et de communautés culturelles, Carole Poirier, présentent la proposition de l’aile parlementaire du Parti Québécois en matière d’identité.

« Le Parti Québécois a toujours été au rendez-vous de l’identité québécoise. Et s’il s’agissait d’un combat défensif, cela doit maintenant être une affirmation positive, sereine et inclusive. C’est pourquoi le Parti Québécois fait de l’identité, avec la prospérité partagée et la solidarité, une priorité pour les années qui viennent », a déclaré Jean-François Lisée.

Le document énonce des mesures nécessaires pour mieux former nos jeunes à une citoyenneté engagée et éclairée autour de nos valeurs partagées; cheminer de façon tangible vers un État laïque; établir une politique d’immigration sur des bases plus saines; et assurer le succès de chacune des Québécoises et de chacun des Québécois d’origines diverses.

Assurer le succès des Québécois d’adoption

Une première action, coordonnée par Carole Poirier, vise à recenser et à orienter les membres et sympathisants actuels du Parti Québécois issus de ces communautés afin de faire renaître le comité du Parti Québécois chargé de ces questions et de mieux organiser son action sur le terrain. Une deuxième action, coordonnée par Paul St-Pierre Plamondon, vise à engager le dialogue avec des Québécois d’origines diverses pour écouter leurs réflexions sur le Parti Québécois et les inviter à participer à son renouvellement.

Le Parti Québécois propose une série de mesures afin de faire de l’arrivée de chaque Québécois d’adoption un véritable succès. Parmi ces mesures, mentionnons : assurer une bien meilleure collaboration entre les services de l’immigration et ceux de l’emploi; réduire à quelques jours le délai de délivrance d’une évaluation comparative des diplômes; assurer un parcours complet, incluant les équivalences et les stages en emploi, aux diplômés étrangers s’insérant dans les professions québécoises; assurer une présence plus juste des Québécois de toutes origines dans la fonction publique québécoise; lutter fermement contre le racisme et la discrimination dans l’embauche, le logement et ailleurs.

« La réglementation sera adaptée afin d’atteindre l’objectif de Francisation 100 %. Entre autres, il faut : assurer une connaissance intermédiaire ou avancée du français pour chaque travailleur qualifié désormais sélectionné; assurer aux réfugiés une période de francisation et d’adaptation rémunérée; inscrire dans la loi le droit à la francisation pour chacun. Voilà des mesures structurantes qui vont permettre une intégration plus réussie. Cela veut dire qu’il faudra bonifier significativement le financement et l’organisation de la francisation au Québec », a précisé Carole Poirier.

Dès l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement du Parti Québécois, sa volonté d’assurer le succès de tous sera réaffirmée par des gestes concrets et visibles, avant d’ouvrir des débats sur les règles du vivre-ensemble. Un suivi rigoureux des mesures visant le succès de l’intégration des Québécois d’origines diverses et le recul de la discrimination sera effectué, et un rapport d’étape sera présenté à l’Assemblée nationale annuellement.

Le Vérificateur général, assisté par l’Institut de la statistique du Québec et d’experts en démographie, en emploi et en intégration, recevra le mandat de préparer des recommandations sur la question des seuils d’immigration. Ces recommandations permettront au gouvernement du Parti Québécois d’élaborer à l’automne 2019 une proposition visant le succès de l’immigration et de l’inclusion, dans un nouveau plan de cinq ans qui intégrera la tradition québécoise d’accueil et de solidarité envers les réfugiés. Un financement adéquat de ce plan sera prévu.

Clarifier les règles sur les signes religieux

« Un gouvernement du Parti Québécois déposera une législation pour inscrire dans la loi les éléments qui font consensus en matière de laïcité au Québec. Nous devons clairement baliser, dans la Charte des droits et libertés, les paramètres encadrant les accommodements religieux et exclure les accommodements incompatibles avec l’égalité entre les hommes et les femmes », a pour sa part affirmé Agnès Maltais.

L’État doit élaborer, pour les institutions scolaires, des balises claires pour répondre aux demandes d’accommodement. Tous les fonctionnaires, employés et agents de l’État doivent avoir le visage découvert dans le cadre de leurs fonctions. Cela doit aussi être le cas pour les citoyens lorsqu’ils reçoivent des services de l’État. Le tchador doit également être interdit pour tous les employés de l’État.

Comme l’a proposé le rapport Bouchard-Taylor, nous estimons que les personnes qui ont un pouvoir de contrainte – juges, gardiens de prison et policiers – ne doivent en aucun cas afficher leurs convictions, y compris religieuses. Ce doit être le cas, aussi, pour les autres figures d’autorité que sont les enseignants du primaire et du secondaire, ainsi que les éducatrices en garderie. L’univers des garderies étant très diversifié, un comité se penchera sur l’applicabilité de cette règle générale dans les diverses formes que prennent les services de garde, notamment le milieu familial. Cette mesure s’appliquera graduellement; les salariés actuels préserveront leurs droits acquis.

« Au cours de leur formation et dans le guide éthique qui sera remis chaque année à chaque salarié de l’État, le gouvernement fera la promotion d’un devoir de réserve, affirmant sa nette préférence pour la plus grande réserve possible dans l’affichage des convictions, politiques, sociales, religieuses ou autres, des employés de l’État dans l’exercice de leurs fonctions, par respect pour la diversité des convictions des citoyens », a poursuivi Agnès Maltais.

Une équipe de parlementaires et d’experts sera chargée d’examiner les expériences étrangères en ce qui concerne le port du voile intégral, le niqab et la burqa, et déposera ses propositions au gouvernement.

Le succès repose sur l’équilibre

Au total, avec ces propositions, le Parti Québécois veut permettre au Québec de sortir enfin de l’immobilisme et de l’hésitation sur ces questions cruciales. « D’une part, l’action pour l’intégration réussie des Québécois d’adoption doit être réelle, tangible, mesurable. Les ratés de l’immigration et de l’intégration ont trop duré, générant trop de frustrations chez nos nouveaux citoyens. La discrimination à l’embauche et dans l’accès au logement doit disparaître. Le Québec doit être à la hauteur de sa réelle volonté d’ouverture et d’accueil. Le Parti Québécois souhaite tracer une voie claire, cohérente, résolue, s’appuyant sur une volonté collective », a conclu Jean-François Lisée.

Source: Cabinet du chef de l’opposition officielle

Vos commentaires
loading...