Publicité

La rue Duchesneau ne débouchera pas sur Sherbrooke

Transport
Le sud de la rue Duchesneau est actuellement un chantier. La rue ne débouchera pas sur Sherbrooke, a annoncé le maire Réal Ménard. (Photo: Stéphane Desjardins)
Le sud de la rue Duchesneau est actuellement un chantier. La rue ne débouchera pas sur Sherbrooke, a annoncé le maire Réal Ménard. (Photo: Stéphane Desjardins)

La rue Duchesneau, dans le Faubourg Contrecœur, ne débouchera pas sur Sherbrooke, comme l’espéraient plusieurs résidents.

Le maire Réal Ménard en a fait l’annonce formelle mardi (6 décembre) au conseil d’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

« Les études de circulation confirment que la circulation dans ce secteur n’est pas assez dense pour justifier les millions que nécessiterait l’expropriation du terrain privé de la rue Sherbrooke et l’aménagement du prolongement de la rue. Je ne crois pas que nous pourrions convaincre la Ville-Centre de financer ces travaux », a-t-il expliqué.

L’arrondissement caressait pourtant un projet de prolongement de cette rue, qui se serait traduit par une sortie à sens unique avec virage vers l’ouest seulement, afin de désengorger le trafic matinal à l’intersection Contrecœur/Sherbrooke. La Ville avait même enregistré une réserve foncière sur le terrain en question, qui devait être renouvelée en décembre. L’arrondissement ne l’a pas fait. Une telle réserve gèle tout développement du terrain visé, le temps que la Ville fasse connaître ses intentions quant à son expropriation.

De nombreux citoyens du sud du Faubourg Contrecœur et du quartier voisin craignent une baisse de leur qualité de vie avec l’augmentation pressentie du trafic motorisé dans les rues du secteur, qui est déjà très intense aux heures de pointe, particulièrement sur les rues Contrecœur et de Grosbois. L’implantation des deux dernières phases de condominiums, dont les chantiers doivent débuter l’an prochain, la fin du chantier de la coop d’habitation Solidarité Fusion Verte, angle Marie-Ange-Bouchard et Contrecœur, ainsi que de Station-Est, la maison de retraite en construction, angle de Grosbois et Duchesneau, de même que l’érection de plusieurs maisons jumelées par Habitations Laurendeau, sur Duchesneau, au sud de la rue de Grosbois, ajouteront plusieurs centaines d’unités d’habitation dans le secteur.

Stop déplacé

Le conseiller de Tétreaultville, Richard Celzi, a aussi expliqué qu’après avoir eu plusieurs demandes citoyennes, l’arrondissement va déplacer l’arrêt obligatoire angle Claude-Masson et Anne-Courtemanche, sur 79 mètres, à l’angle des rues Contrecœur et Anne-Courtemanche.

« J’aurais voulu installer un deuxième panneau d’arrêt, mais la norme exige une distance de 150 mètres entre deux panneaux d’arrêt, a expliqué le conseiller. Il y a beaucoup de trafic à cet endroit, dont la ligne 26 de la STM. De nombreux automobilistes ne font pas leur virage correctement et, souvent, ne ralentissent même pas. Il fallait améliorer la sécurité de l’intersection. »

Intersections dangereuses

« On attend depuis des mois le marquage au sol à l’intersection Sherbrooke/Des Ormeaux. Cette intersection est dangereuse. D’autant plus qu’on y a aménagé, il y a plusieurs mois, une voie pour le virage vers le nord sur Des Ormeaux. Deux lignes d’autobus passent à cet endroit. Pourquoi le marquage n’est pas encore fait? », a demandé Mme Suzie Miron.

Le maire Réal Ménard lui a répondu qu’il partageait ses insatisfactions. Le directeur des travaux publics pour MHM, Pierre Morissette, a expliqué que la ville-centre, qui est responsable des grandes artères de Montréal, a réalisé que la largeur totale de la rue Sherbrooke, à cette intersection, ne permettait pas un marquage adéquat et qu’il fallait trouver des correctifs. M. Ménard va donc exiger un échéancier de la part de la ville-centre dans ce dossier.

Une autre intersection dangereuse dans le quartier, Honoré-Beaugrand/Souligny, a fait l’objet de discussions en conseil d’arrondissement. Des travaux de réaménagement avaient été prévus cet automne. Le maire a mentionné qu’ils avaient été reportés, notamment pour tenir compte des voies cyclables dans le secteur, qui doivent être reconfigurées.

Enfin, la traverse piétonne face au Chez-Nous de Mercier-Est, rue Hochelaga, a attiré l’attention des citoyens. Certains affirment qu’une majorité d’automobilistes ne respectent pas le Code de la sécurité routière, qui oblige un arrêt pour laisser passer les piétons à une telle traverse. Ils réclament une meilleure signalisation. M. Ménard a enregistré leurs doléances.

Vos commentaires
loading...