Publicité

Les clôtures honnies du parc Liébert

Environnement
Les nouvelles clôtures du parc Liebert défigurent le quartier et les citoyens s'en plaignent. (Photo: Stéphane Desjardins)
Les nouvelles clôtures du parc Liebert défigurent le quartier et les citoyens s’en plaignent. (Photo: Stéphane Desjardins)

Les nouvelles clôtures du terrain de baseball du parc Liébert défigurent le quartier, affirment les résidents du secteur.

Benoit Danis-Forget, qui habite devant le parc, s’en est plaint à la séance du conseil d’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, hier (6 décembre). « Nous habitons le Village Champlain, qui est soumis à une réglementation sévère quant à l’architecture et à l’urbanisme. On a l’obligation de s’y conformer. Et là, la Ville installe ces clôtures qui enlaidissent le paysage. Elles remplacent des clôtures de quatre pieds. Elles ont désormais 20 pieds et comportent de nombreux poteaux métalliques. C’est très laid. »

Les résidents considèrent que le niveau de jeu sur le terrain de baseball ne justifie pas ces nouvelles clôtures, censées rehausser la sécurité. « Ces installations ne respectent même pas les normes architecturales et urbanistiques du quartier, a repris le citoyen. Et vous ne nous avez pas consultés avant de les implanter. Nous vous demandons de consulter les citoyens et de leur présenter un plan d’aménagement, dans le futur, quand vous faites ce genre de travaux. »

Le maire Réal Ménard a insisté sur les questions de sécurité. Il a relevé que des balles se retrouvaient sur les allées utilisées par des citoyens et des gens avec des poussettes. Le maire et les citoyens ne s’entendaient visiblement pas sur cette question sécuritaire et sur le niveau de jeu pratiqué au parc Liébert, hier.

« Je reconnais que les clôtures et les filets, c’est assez présent merci. Mais nous répondons aux nouvelles normes de la ville-centre, qui sont basées sur des études scientifiques. Nous allons certainement envisager des mesures correctrices. Est-ce que ce sera de la peinture ou de la végétation? Je ne le sais pas. Mais on va faire quelque chose. »

M. Ménard a reconnu qu’il aurait dû consulter les citoyens sur ce sujet. « C’était une erreur et j’en prends la responsabilité », a-t-il conclu.

Vos commentaires
loading...