Publicité

Passez de joyeuses Fêtes!

Éditoriaux
Photo: Archives de la Ville de Montréal
Photo: Archives de la Ville de Montréal

Pour plusieurs, la période des Fêtes correspond à un moment d’introspection, qui permet de faire le point sur le cheminement de notre vie, notre carrière, nos projets, nos amours.

Pour d’autres, c’est une occasion de s’amuser avec nos proches, de jouer dehors, d’aller dans le Sud, d’offrir des moments de bonheur.

Et pour un grand nombre, les Fêtes sont synonymes de solitude, de douloureuse remise en question, de consommation effrénée, vide de sens.

Avant tout, les Fêtes devraient, pour tous, représenter un temps d’arrêt, pour souffler un peu et réfléchir à notre parcours, à une époque où tout est vécu de manière frénétique, où le temps est de plus en plus compté, où l’argent se dépense souvent sans réfléchir, simplement pour combler un besoin immédiat, sans jauger des conséquences. Dans ce contexte, la possibilité de simplement identifier, recentrer, confirmer les conditions de notre bonheur, ne serait-ce que quelques heures ou quelques jours, prend beaucoup de sens.

Autrefois, les Fêtes permettaient de faire justement cela, mais à la manière judéo-chrétienne, dans la société très traditionnelle et ultra-catholique qu’était le Québec d’avant les années 1970. Depuis, on a remplacé la religion catholique par celle de la consommation. Mais on a tout de même gardé le calendrier et le jour férié. Profitons de ce que la société nous offre pour respirer un peu d’air frais, reprendre contact avec celles et ceux qui comptent, et prendre quelques résolutions pour l’année qui vient, même si ce genre de rituel a fait son temps pour plusieurs d’entre nous.

Merci

J’en profite donc, chère lectrice, cher lecteur, pour vous remercier de nous lire. Depuis quatre ans, chaque jour, nous travaillons d’arrache-pied pour vous offrir une information pertinente, riche, de la plus haute qualité. Nous le faisons un peu pour nous, car nous aimons notre métier, et beaucoup pour vous, car nous voulons enrichir la communauté.

Nous ne sommes pas parfaits et nous faisons, parfois, des erreurs. Quand vous nous les soulignez de manière respectueuse, on se réjouit de faire les correctifs. Quand vous trollez, vous nous traitez de vendus, d’incompétents, de partiaux, on se dit que l’humanité a encore un bout de chemin à faire avant d’atteindre une société de tolérance, de respect mutuel et de débats polis et civilisés. Mais, sur ce plan, vous avez été, somme toute, très bons depuis quatre ans. Car les incivilités ont été le fait d’une très petite minorité. Juste pour cela, c’est réjouissant.

Je n’écrirai pas un texte sur nos vœux de Noël sans remercier les membres de l’équipe de Pamplemousse.ca. J’ai le bonheur de travailler avec des personnes au talent exceptionnel, qui travaillent avec opiniâtreté à faire triompher ce projet fou qu’est le réseau de nouvelles hyperlocales Pamplemousse.ca. Il y a quatre ans, un peu par défi et beaucoup par insouciance, je lançais un journal dans Mercier-Est. Il y a plus d’un an, ce fut le tour du Plateau Mont-Royal. Il y a deux mois, nous nous sommes implantés dans La Petite-Patrie. À chaque décollage, vécu dans la fébrilité, j’ai pu mesurer à quel point Marie-Eve Cloutier, Anne-Marie Tremblay, Simon Van Vliet, Lindsay-Anne Prévost, Pierre de Montvalon, Gabriel Deschambault, Lucie Hortie et les gens de chez Monolith apportent, par leur acharnement, leur professionnalisme et leur talent une couleur, une profondeur, un ton, une approche originale, sérieuse et pertinente à nos jeunes médias qui, rapidement, se sont hissés au statut d’institution dans les quartiers où ils se sont établis. Merci.

Enfin, j’aimerais remercier les commerçants et les institutions qui appuient notre média. Vous avez compris que le droit du public à une information indépendante améliore nos quartiers, à une époque où l’information locale souffre d’une désaffection sans cesse grandissante des médias traditionnels. Merci de croire en nous.

En terminant, je vous souhaite une très joyeuse période des Fêtes et une année 2017 remplie de bonheur, de santé et de projets.

Stéphane Desjardins, éditeur

Vos commentaires
loading...