Publicité

L’art mobile s’arrête à la Maison de la culture

Culture
Isabelle Gagné, alias MissPixels et Sven posent dans l'installation l’installation L’envers de la Face(book), de l’artiste Sophie Lambert, un pied de nez au célèbre média social. (photo : Anne-Marie Tremblay)
Isabelle Gagné, alias MissPixels, et Sven posent dans l’installation L’envers de la Face(book) de l’artiste Sophie Lambert, un pied de nez au célèbre média social. (photo : Anne-Marie Tremblay)

Qui a dit que les technologies ne servaient qu’à publier une photo de son déjeuner ou à prendre un autoportrait? Les appareils mobiles permettent aussi aux créateurs d’explorer de nouveaux horizons, comme en témoignent les œuvres de l’exposition MOBILISATIONS 02 présentées à la Maison de la culture Mercier jusqu’au 9 avril prochain.

Cette exposition regroupe le travail de 16 artistes québécois qui utilisent les technologies mobiles comme outil de création. Si, spontanément, on pense à la photographie numérique, ce n’est qu’une facette de ce courant artistique, explique Isabelle Gagné alias MissPixels, artiste rencontrée lors du vernissage du 25 février. « Il y a vraiment toute une variété de médiums qui peuvent être utilisés à cette fin, que ce soit les tablettes numériques, les drones, la projection de films ou même de sons, les dessins numériques, etc. »

C’est d’ailleurs non seulement pour explorer ces multiples variations, mais aussi pour faire connaître leurs applications originales, qu’Isabelle Gagné, Sven et Erik Beck ont créé le Collectif Mouvement des arts mobiles en 2011, organisme qui a agi comme commissaire pour MOBILISATIONS 02. « Les œuvres mobiles sont souvent publiées sur les médias sociaux. Le fait de les installer dans une salle, d’en produire une exposition, permet aussi de les exposer, de les faire vivre autrement, de les sortir de l’écran », affirme Sven.

Si la photo s’impose comme un des premiers arts exposés, elle prend ici une touche différente, comme c’est le cas de la série de Marc Cinq-Mars qui présente des clichés de femmes. « Il a créé lui-même des applications pour ajouter une texture à ces photos, un peu comme le ferait un peintre », explique Isabelle Gagné. Ou encore des images captées par des drones de Luc Girouard. Pour sa part, MissPixels a quant à elle utilisé des robots sur Twitter, appelés « bots », pour transformer des œuvres de la collection du Musée des beaux-arts de Montréal.

Twittérature et Facebook

MOBILISATIONS 02 permet aussi de découvrir des courants artistiques qui se créent autour des médias sociaux, comme la « twittérature », une contraction des mots Twitter et littérature. Ainsi, des écrivains comme Jean-Yves Fréchette s’amusent à contraindre leur prose à 140 caractères-espace seulement. Pionnier dans ce domaine, le poète est même allé jusqu’à rédiger un gazouillis chaque fois que le photographe Patrick Saint-Hilaire publiait un de ses clichés dans la twittosphère. Une interaction virtuelle qui a été immortalisée dans le recueil « Ne sois pas effrayé par le pollen dans l’œil des filles ».

À visiter aussi : l’installation L’envers de la Face (book), de l’artiste Sophie Lambert. Un pied de nez au célèbre média social, alors que les personnages, connus ou non, posent… de dos. « Bien sûr, il s’agit de photos prises avec un téléphone, mais c’est la relation qu’on entretient avec les médias qui s’expose ici. Avec quelque 1000 photos recueillies jusqu’à maintenant, elle est en train de créer un réseau parallèle », explique Sven.

Plus loin, on découvre l’installation de ce dernier, qui décortique image par image quelques secondes du film montrant l’assassinat de JFK. Chacune est passée sous différents filtres. « Pour trente secondes de film, il y avait 486 images sur lesquelles j’ai utilisé six applications, ce qui signifie 2916 retouches », énumère-t-il.

Au final, les images sont pixélisées et plusieurs détails sont masqués, décrit l’artiste. « Finalement, même si on n’a pas tous les détails exacts, notre cerveau compense », ajoute-t-il. Un clin d’œil à la société actuelle, où les gens sont souvent submergés par un flot d’informations plus ou moins pertinentes.

Présentée jusqu’au 9 avril à la Maison de la culture Mercier, l’exposition MOBILISATIONS 02, met aussi en vedette les œuvres de Pierre Brassard, Claire Burelli, Marc Cinq-Mars, Jonathan Desjardins, Denis Dulude, Jean-Yves Fréchette, Luc Girouard, Sophie Lambert, Mana, Geneviève Massé, Claudine Sauvé, Patrick St-Hilaire et Francis Théberge (TiND).

Voici quelques photos de l’exposition, prises par le Journal de Mercier-Est avec un iPhone 5.

Vos commentaires
loading...