Publicité

Navette fluviale : pas d’augmentation de service en 2017

Vie de quartier
Si les discussions sont ouvertes quant à l'augmentation du nombre de passage de la navette fluviale, l'horaire demeurera inchangé en 2017. (photo : Société d'animation de la Promenade Bellerive)
Si les discussions sont ouvertes quant à l’augmentation du nombre de passage de la navette fluviale, l’horaire demeurera inchangé en 2017. (photo : Société d’animation de la Promenade Bellerive)

Malgré la demande de la Société d’Animation de la Promenade Bellerive (SAPB), le service de navettes fluviales entre l’espace vert et le parc des îles de Boucherville ne sera pas bonifié pour la saison 2017. Toutefois, cette possibilité n’est pas totalement écartée à plus long terme et les discussions sont ouvertes.

En décembre dernier, la directrice générale de la SAPB, Carole Castonguay, avait profité du conseil d’arrondissement pour demander que le service de navette fluviale soit offert cinq jours par semaine, plutôt que deux, comme c’est le cas actuellement. En effet, la directrice estimait que la l’administration municipale devait profiter de l’appel d’offres que la  Ville-Centre s’apprêtait alors à lancer à ce sujet pour bonifier le service.

Pour que le service passe de deux jours à cinq jours par semaine sur les trois années que dure le contrat soumis à l’appel d’offres, il faudrait ajouter  800 000$ au budget actuel, a calculé la Ville. « Comme il faut octroyer rapidement le contrat pour avoir le service pour l’été, les détails étaient trop serrés. Le comité exécutif ne peut dégager ces sommes aussi rapidement », explique la directrice.

Toutefois, sa demande n’est pas restée lettre morte pour autant. Une rencontre a été organisée entre les responsables des dossiers du transport et des grands parcs à la ville, le maire Réal Ménard et Carole Castonguay, le 10 janvier dernier. Mais avant de s’avancer, il faut vérifier que la demande est réelle et que le service de semaine sera réellement utilisé, explique-t-elle. L’idée d’embaucher une firme externe pour comprendre les besoins réels et analyser les retombées d’un tel projet a été évoquée.

Bien entendu, le nombre de passagers potentiels est moins important en semaine. Mais Carole Castonguay estime qu’il y aurait plusieurs filons à explorer pour attirer les visiteurs. « Je pense entre autres aux touristes qui se rendent chez nous et qui pensent que, comme à Longueuil, le service est offert cinq jours semaines. Ou encore aux jeunes des camps de jour. Plusieurs enfants n’ont jamais quitté l’île de Montréal. Traverser jusqu’au parc de Boucherville pour y passer la journée est une activité intéressante et pas trop chère pour ce genre de groupe que nous pourrions publiciser auprès de cette clientèle », fait valoir la directrice. La création d’un camping au parc des îles de Boucherville et d’une plage publique à Longueuil risquent aussi d’en augmenter l’affluence, ajoute-t-elle.

Ainsi, si rien n’est confirmé pour le moment, la discussion est ouverte. Un pas dans la bonne direction, estime Carole Castonguay. Elle se dit d’ailleurs confiante quant à l’issue de ce dossier. « L’appel est lancé, il s’agit juste que le travail se fasse. » Un dossier à suivre.

Vos commentaires
loading...