Publicité

Conseil d’arrondissement : un ordre du jour chargé

Économie, Élus, Environnement
La salle était bien remplie, tout comme l'ordre du jour, au conseil d'arrondissement de mars. (photo : Anne-Marie Tremblay)
La salle était bien remplie, tout comme l’ordre du jour, au conseil d’arrondissement de mars. (photo : Anne-Marie Tremblay)

Dépôt de la pétition de 6600 noms pour réclamer une consultation sur le pôle logistique, premier pas vers l’adoption du nouveau cadre réglementaire entourant ce projet, publication du rapport de l’Institut du Nouveau Monde : l’ordre du jour était chargé lors de la dernière séance du conseil d’arrondissement, le 13 mars dernier.

D’entrée de jeu, le maire de l’arrondissement a annoncé que le projet déposé par Ray-Mont Logistiques, entreprise spécialisée en transport de céréales et de légumineuses qui a acheté un immense terrain situé près d’Hochelaga-Maisonneuve, n’était pas conforme au cadre réglementaire et avait été refusé. « Nous ne serons donc pas en mesure de délivrer de permis », a-t-il indiqué.

Un soulagement pour plusieurs citoyens. En effet, l’entreprise avait déposé un projet, le 30 janvier dernier soit avant l’adoption de la nouvelle réglementation entourant le développement de ce secteur, situé au sud du boulevard de l’Assomption, entre l’avenue Souligny et le Port de Montréal, l’autoroute 25 et les résidences du quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Si l’entrepreneur demande à nouveau un permis, il devra maintenant se conformer au nouveau cadre réglementaire, le Plan d’intégration et d’implantation architecturale (PIIA) puisqu’il était en première lecture, lors du conseil d’arrondissement. Le règlement sera soumis à la consultation le 23 mars prochain.

6600 signatures

Ils étaient d’ailleurs nombreux à porter les couleurs du comité 5000 signatures pour MHM. Ce groupe a utilisé le droit d’initiative des citoyens en matière de consultation publique pour obliger l’arrondissement à les consulter sur le projet de pôle logistique. Alors qu’ils avaient jusqu’au 20 mars pour réunir 5000 signatures, ils en ont récolté 6600. Réal Ménard a d’ailleurs félicité les citoyens pour avoir mené à bien leur démarche.

«  Il y a un mois, nous avions annoncé que nous étions d’accord pour organiser une consultation publique à ce sujet, menée par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM). Nous avons donc demandé que le mandat se rapproche le plus possible de ce qui a été signé par les citoyens, sous réserve de vérifications réglementaires », a expliqué le maire.

Quant à savoir quand l’exercice aura lieu, le maire n’avait pas réponse à cette question. S’il est clair que Réal Ménard aimerait que le PIIA soit adopté avant la tenue de cette consultation publique élargie, impossible pour lui d’arrêter une date précise. « L’OCPM est maître de son horaire et c’est à cet organisme que reviendra le choix de la date. Les élus ne peuvent s’immiscer dans ce processus.

Toujours sur le même sujet, le rapport de l’Institut du Nouveau Monde concernant la consultation du 28 janvier, journée qui avait suscité moult critiques, a été officiellement rendu public. Une motion a aussi été adoptée pour que tous les documents, projets et autres dans ce secteur soient soumis aux élus, plutôt qu’aux services de l’arrondissement.

Vos commentaires
loading...