Publicité

La sécurité routière inquiète au Faubourg Contrecœur

Élus, Transport
L'idée d'installer un pavé surélevé devant l'allée McLaren est actuellement à l'étude. (photo : Marie-Eve Cloutier, archives Pamplemousse.ca)
L’idée d’installer un pavé surélevé devant l’allée McLaren est actuellement à l’étude. (photo : Marie-Eve Cloutier, archives Pamplemousse.ca)

Résidant du Faubourg Contrecœur, Nickolas Gagnon a profité du conseil d’arrondissement du 13 mars dernier pour déposer une pétition réclamant l’amélioration de la sécurité routière dans ce secteur, situé à la limite nord-est du quartier.

Selon le texte de la pétition « le flux automobile croissant porte atteinte à la sécurité des résidents. » « Par cette démarche, nous voulons nous assurer qu’on ne fasse pas les choses en silo et qu’on implique les citoyens pour trouver des solutions aux problèmes de circulation », a fait valoir Nickolas Gagnon. Selon lui, les autorités municipales font fausse route si elles interviennent uniquement autour du parc Carlos-d’Alcantara ou de la rue Sherbrooke. « J’habite plus au nord du secteur et nous vivons aussi ces problèmes. »

Les signataires réclament donc qu’une partie des 5 M$ préservés au Programme triennal d’immobilisation (PTI) 2017-2019 pour finaliser l’aménagement du Faubourg Contrecœur soient utilisés pour « mettre de l’avant des solutions homogènes, novatrices et mettre de l’avant le concept de rues complètes qui stipule que la rue doit être aménagée pour tous les âges, habilités et modes de transports. Cette rue doit être sécuritaire et confortable pour les piétons, les cyclistes, les gens qui utilisent le transport en commun et les personnes à mobilité réduite. » Des changements qui devront s’inscrire dans la politique  « Vision zéro » une approche suédoise qui stipule que la vie humaine et la sécurité des usagers les plus vulnérables doit primer sur la mobilité.

Le maire Réal Ménard a expliqué qu’il jonglait justement avec l’idée de faire une assemblée publique avec les citoyens, pour voir avec eux quelles mesures pourraient s’implanter dans ce secteur. « La possession automobile per capita est très élevée, au Faubourg Contrecœur et les opinions ne sont pas toujours convergentes quant à ces enjeux », a-t-il toutefois souligné. Le maire a aussi profité de l’occasion pour préciser qu’il aimerait annoncer le concept du futur développement commercial au mois de juin prochain.  Un dossier attendu par les citoyens de longue date.

Saillies de trottoir et autres mesures en cours

Nickolas Gagnon a également questionné les élus quant au verdissement des saillies de trottoir. « Un responsable de l’arrondissement nous a dit qu’on ne pouvait les verdir, pour une question de visibilité », a-t-il expliqué. Ce qui a fait sourciller Réal Ménard. « Habituellement, quand on conçoit les saillies, on prévoit le verdissement. Cette fois, il s’agit de saillies déjà construites. Mais nous allons regarder ce qui peut être fait. »

Questionnés à cet effet par le Journal de Mercier-Est, les services de l’arrondissement nous ont répondu que si les premières saillies n’avaient pas fait l’objet de mesures de verdissement, c’est qu’il n’y avait pas eu de demandes en ce sens. «  Les prochaines saillies pourraient être verdies selon les conditions en place », ajoute-t-on, dans un échange courriel.

D’autres mesures d’apaisement de la circulation sont également à l’étude ou en cours, a-t-on appris. Les services analysent actuellement le « recalibrage (sic) des panneaux d’arrêt sur la Contrecœur avec les nouvelles informations à jour et un arrêt est prévu à Grosbois. Nous allons terminer les analyses pour toute la rue Contrecœur et préparer un sommaire décisionnel pour ce printemps. »  Au conseil de décembre, le conseiller de Tétreaultville, Richard Celzi, avait aussi affirmé que l’arrêt situé à l’angle Claude-Masson et Anne-Courtemanche allait être déplacé au coin des rues Contrecœur et Anne-Courtemanche.

Autre nouveauté qui pourrait apparaître dans le paysage du Faubourg : un pavé surélevé, sorte de dos d’âne plus étendu, pourrait être construit vis-à-vis l’allée Norman McLaren. En effet, impossible d’installer un dos d’âne traditionnel sur les rues empruntées par les  autobus. C’est pourquoi il faut allonger le tout sur une plus grande distance, ce qui permet tout de même de ralentir la circulation. La solution jugée la plus efficace par les services de l’arrondissement, pour le moment.

« Nous avons d’ailleurs fait un test de passage surélevé sur la rue Charlemagne dans l’axe de la Promenade Luc-Larivée [dans Hochelaga-Maisonneuve]. Nous allons étudier pour voir si ça fonctionne comme désiré et le cas échéant adapter le concept pour une rue plus achalandée. Lorsque la rue Contrecœur nous sera transférée (elle appartient toujours au promoteur), nous pourrons effectuer les travaux. Nous ne pouvons cependant pas présumer des résultats ni des dates de travaux. »

À lire aussi

La rue Duschesneau ne débouchera pas sur Sherbrooke
9 problèmes de sécurité au Faubourg

 

Vos commentaires
loading...