Publicité

Scott McKay en croisade pour nettoyer l’arrière du Village Champlain

Économie, Environnement
Scott McKay a envoyé lettre et photos à l'arrondissement pour dénoncer la malpropreté derrière le Village Champlain. (photo : Courtoisie Scott McKay)
Scott McKay a envoyé lettre et photos à l’arrondissement pour dénoncer la malpropreté derrière le Village Champlain. (photo : Courtoisie Scott McKay)

Scott McKay, ancien député du parti Québécois et ex-chef du Parti vert, a décidé de s’attaquer aux problèmes de poubelles qui s’accumulent derrière le centre commercial Village Champlain, voisin du métro Honoré-Beaugrand.

En déménageant rue Gustave-Bleau, juste derrière les magasins du centre commercial Village Champlain, l’ancien politicien savait bien qu’il aurait quelques compromis à faire. Le devant de ces maisons, situées à quelques mètres du métro, donnent sur l’arrière des boutiques de cette aire commerciale. « C’est sûr que cela engendre certains désagréments, par exemple quand les camions passent pour vider les conteneurs, mais ce n’est pas grave. Je m’y attendais. Par contre, maintenir l’endroit propre serait un minimum, pour favoriser le bon voisinage », plaide-t-il.

Ce qui n’est pas le cas, selon Scott McKay. Depuis son déménagement, il y a six mois, il constate qu’il y a beaucoup de négligence dans la gestion des déchets derrière cette aire commerciale, qu’il qualifie carrément de « dépotoir », dans une lettre envoyée à l’arrondissement et à Pamplemousse.ca, début mars. « Je ne puis concevoir qu’une situation de malpropreté semblable puisse perdurer. J’ai l’intention d’intervenir auprès des citoyens corporatifs tel que pharmacies Jean Coutu, aliments M&M, rôtisseries St-Hubert, afin de les interpeller sur le laisser-aller du propriétaire du centre commercial. Si des mesures ne sont pas prises pour assurer non seulement le respect de la réglementation mais le respect de la communauté, mes voisins et moi envisageons remettre les détritus qui bordent nos résidences directement devant les commerces qui les génèrent. Une sorte de « respectabilité élargie des producteurs ». J’espère ne pas avoir à en arriver là et je compte sur votre aide », écrit-il.

En effet, les conteneurs débordent régulièrement et les sacs de poubelles jonchent le sol, à son grand désarroi. « J’ai également interpellé la personne responsable du nettoyage pour me faire dire que les propriétaires du mail n’ont pas du tout de conteneurs à leur disposition. Résultats : ils mettent leurs sacs en plastique transparents par terre », déplore-t-il.

L’ancien député a donc décidé de prendre les taureaux par les cornes : cela fait déjà au moins trois fois que Scott McKay appelle pour se plaindre de la situation à l’arrondissement avec un succès mitigé: « L’inspecteur fait sa tournée, les gens ramassent puis ça recommence. » Selon lui, les commerçants sont certainement de bonne foi. Mais pour le moment, il n’a pas senti de réels efforts de leur part pour améliorer la situation à long terme.

Rencontres et moyens

Dans les prochaines semaines, une rencontre est prévue avec le maire de l’arrondissement, Réal Ménard, pour voir ce qu’il est possible de faire pour améliorer la situation. « Je veux connaître la réglementation pour m’assurer qu’elle est appliquée à la lettre. Mais j’aimerais que les commerçants fassent un effort supplémentaire pour améliorer l’état des lieux, qui est déplorable actuellement. »

Selon l’ex-politicien, qui a toujours vécu dans Mercier-Est, des moyens simples pourraient être mis en place pour améliorer la situation. D’abord, verrouiller les conteneurs pour éviter que les citoyens ne les utilisent pour y mettre leurs propres déchets et les fassent déborder. «Au-delà de la réglementation, ils pourraient faire un effort supplémentaire, par exemple en installant des paravents pour cacher les conteneurs. » D’autant qu’il ne s’agit pas seulement d’un problème qui affecte lui et de ses voisins : plusieurs résidants fréquentent ce coin de rue pour se rendre au métro ou prendre le bus et voient aussi ces montagnes de déchets.

Scott McKay prévoit aussi aller faire un tour dans l’ouest de la ville, pour voir ce qui existe pour améliorer cette cohabitation entre commerçants et citoyens, une condition toutefois essentielle pour une ville favorisant le transport actif.

Vos commentaires
loading...