Publicité

Trottibus et croques-livres au Faubourg

Vie de quartier
Il existe quelques croques-livres dans le quartier, dont un à la Maison des familles de Mercier-Est. (photo archives: Marie-Eve Cloutier)
Il existe quelques croques-livres dans le quartier, dont un à la Maison des familles de Mercier-Est. (photo archives: Marie-Eve Cloutier)

Le Comité citoyen du Faubourg Contrecœur ne chômera pas au cours des prochaines semaines, alors qu’il aimerait implanter trottibus et croques-livres dans ce secteur. Deux projets s’adressant aux familles habitant cet ensemble résidentiel situé à la limite nord-est du quartier.

D’abord, le groupe de citoyens travaille à mettre sur pied un Trottibus pour les élèves qui fréquentent l’école Saint-Justin, explique Annie St-Amant, agente de liaison pour le comité. Le concept, développé par la Société canadienne du cancer, permet aux enfants de marcher en groupe jusqu’à l’école, accompagnés d’un parent bénévole, plutôt que de s’y rendre seul ou en voiture.

Ainsi, les trajets sont déterminés à l’avance et des adultes-accompagnateurs s’occupent de prendre les enfants à leur arrêt respectif. Les tout-petits embarquent donc dans cet autobus humain, en joignant le groupe de marcheurs. « C’est un projet qui nous semblait intéressant parce que la distance est grande entre les résidences et l’école et il y a certains secteurs assez dangereux. Par exemple, il n’y a pas d’arrêt au coin des rues Duchesneau et de Grobois », précise Annie St-Amant.

« Bien sûr, on s’adresse aux familles du Faubourg, mais le but c’est d’offrir le service à toute la zone desservie par l’école. Mais pour qu’un trajet soit implanté, il faut respecter certaines normes en ce qui concerne le nombre d’enfants, de parents bénévoles, d’arrêts, etc. », ajoute-t-elle.

Pour connaître l’intérêt des parents, un sondage a d’ailleurs été mené à ce sujet. Selon les résultats, plus d’une centaine de familles serait intéressée au service, dont une soixantaine qui se rend à l’école en voiture actuellement.

Ce modèle a été développé par la Société canadienne du cancer, puisqu’il favorise le transport actif et l’activité physique chez les jeunes. « Ils sont très bien organisés pour nous aider à implanter le service, qui s’adresse particulièrement aux enfants du premier cycle du primaire. » Le comité de citoyens essaie donc actuellement d’organiser le tout, même si rien n’est encore officiel pour le moment. « Ce service n’est pas offert l’hiver. C’est un peu serré, mais nous aimerions implanter le tout dès ce printemps, sinon à l’automne prochain », espère la membre du Comité citoyen.

Livres en libre service

Le comité travaille aussi pour implanter un ou des croques-livres, ces boîtes de partage de bouquins pour enfants, au Faubourg Contrecœur. « Idéalement, nous aimerions en installer un au parc Carlos-d’Alcantara et un autre sur l’esplanade de l’allée Norman McLaren. Mais comme ce sont des terrains qui appartiennent à la ville, il faut obtenir l’autorisation de l’arrondissement », précise Annie St-Amant.

Sinon, il faudra trouver un terrain privé pour installer cette boîte résistante aux intempéries, où les passants sont libres de prendre ou de donner un bouquin. Cela permettra d’enrichir l’offre dans le quartier, puisque seul un croque-livres figure dans la liste officielle, soit celui installé à côté de la Maison des familles de Mercier-Est.

Coup de pouce financier

Pour mener à bien ses projets, le comité a reçu une contribution de 2000 $ de la Caisse Desjardins d’Anjou-Tétreaultville. Ce montant a été octroyé via le programme de dons et de commandites de l’institution financière, explique Marie-Ève Moreau, conseillère aux communications et à la vie associative. Au total, cette institution coopérative redonne plus de 100 000 $ par année dans le quartier, à travers ses différents programmes, que ce soit par des dons, des bourses d’études, des subventions ou autres, ajoute-t-elle.

« Nous privilégions les projets qui touchent, entre autres, l’éducation, les saines habitudes de vie ainsi que les projets culturels, humanitaires et économiques. », explique-t-elle. Les idées proposées par le Comité citoyen du Faubourg Contrecœur s’inscrivaient donc directement dans cette optique.

Ces montants serviront, entre autres, à offrir des cadeaux ou à organiser des événements pour récompenser les parents bénévoles qui participeront au Trottibus. « Nous ne savons pas précisément quelle forme cela prendra, mais nous aimerions utiliser une partie de cet argent pour rendre cet engagement attrayant », précise Annie St-Amant. Une autre portion permettra aussi d’acheter les matériaux pour construire le croque-livres. D’autres projets s’ajouteront aussi au cours des prochains mois.

Le Comité citoyen du Faubourg Contrecœur est né en 2015 du désir de porter les revendications des citoyens du quartier, mais aussi d’organiser quelques événements pour consolider la vie sociale de ce secteur. Depuis, ils ont participé à l’organisation de plusieurs événements, comme des concours de décoration de citrouilles, des fêtes de quartier ou encore à l’élaboration d’une grille d’activités estivales au parc.

Vos commentaires
loading...