Publicité

Deux partenaires de renom à la Journée de l’emploi du PITREM

Économie, Vie de quartier
(photo : Julien Gauthier Mongeon)
(photo : Julien Gauthier Mongeon)

Plus d’une centaine de personnes sont venues profiter de la deuxième Journée de l’emploi du PITREM, le 10 avril dernier.

Une gamme assez impressionnante de métiers était proposée par la douzaine d’entreprises venues rencontrer de futures recrues.  Pour plusieurs d’entre elles, il s’agissait d’une première expérience avec le Programme d’information sur le travail et la recherche d’emploi de Montréal.

C’était le cas notamment de Juste pour rire qui tenait un kiosque pour recruter des gens en vue de son festival d’été. Le groupe Europea, que l’on connait notamment pour les restaurants du même nom avec à sa tête le chef cuisinier Jérôme Ferrer, était également à la recherche d’employés. « Ces offres avec Juste pour rire et le groupe Europea sont issues d’un récent partenariat avec les deux groupes », révèle en primeur Danielle Lacombe, directrice générale du PITREM. Plus de détails seront dévoilés à ce sujet d’ici les prochaines semaines.

Des gens de partout sur l’île

Les 133 personnes qui ont participé à la Journée de l’emploi du PITREM sont venues d’un peu partout à Montréal, indique Marion Daul, conseillère aux communications du PITREM. Il faut dire aussi que la journée était organisée dans le cadre des portes ouvertes des Carrefours jeunesses emploi de l’île de Montréal.

Même si l’évènement était ouvert à tous, sans limites d’âge — les services du PITREM sont généralement réservés aux 16 à 35 ans — on retrouvait parmi les gens sur place surtout des jeunes en recherche d’emplois.

Rappelons que Mercier compte une importante population de jeunes âgés de 18 et 25 ans, parmi laquelle figure un nombre de famille monoparentale supérieure à la moyenne montréalaise.

En effet, on parle d’environ 36 % à 41 % de famille monoparentale dans Mercier, comparativement à 33 % pour le reste de l’île. Plusieurs peinent à joindre les deux bouts, souvent obligés de jongler entre des boulots précaires et des emplois peu rémunérés.

La sous-scolarisation

Dans Mercier et dans Hochelaga, la sous-scolarisation des adultes est plus marquée qu’ailleurs sur l’île. Cela contribue à la précarité d’emploi, selon Mme Lacombe : « On constate que les emplois qui sont disponibles sont souvent des emplois spécialisés. On parle alors de techniques ou d’emplois exigeant une formation universitaire. Cela fait en sorte que ceux qui n’ont pas ce niveau de scolarité vont vers des emplois à temps partiel et au salaire minimum ».

L’objectif de la journée de l’emploi était donc d’offrir un choix varié pouvant répondre à la clientèle des gens ainsi qu’aux besoins particuliers des entreprises. Cela s’inscrit dans la mission plus générale poursuivie par le PITREM, qui mise sur la diversité des emplois : « Sur une base régulière, nous travaillons avec plus d’une centaine d’entreprises qui aident à l’intégration de gens provenant d’horizon divers », explique Sylvain Delisle, conseiller à l’emploi au PITREM.

 

À lire également : 25 chandelles et deux logos pour le PITREM

Vos commentaires
loading...