Publicité

Héraclès archerie : viser la réussite

Économie, Vie de quartier
Image de l'entrée du magasin (Photo : Courtoisie)
Image de l’entrée du magasin (Photo : Courtoisie)

Pour certains, le tir à l’arc est un sport familier. Pour d’autres, l’activité suscite un brin de curiosité. Héraclès archerie, un magasin d’équipement de tir à l’arc, a ouvert ses portes dans le quartier le 27 septembre dernier.

Situé au 9647, rue Notre-Dame Est, Héraclès archerie est le fruit d’une passion qui a su se transformer et évoluer au fil des ans. Daniel Delaby, ex-champion de France en tir à l’arc, a décidé de faire le saut en affaires l’an dernier. « C’est ma fille, la plus grande, qui m’a demandé un jour de faire du tir à l’arc. Par la force des choses, nous avons embarqué dans l’aventure et j’ai décidé d’ouvrir un magasin », explique-t-il.

Selon Daniel Delaby, la demande pour ce sport est grandissante chez les gens du quartier. « Notre maison est devenue une zone de douane de transition, explique-t-il avec une touche d’humour. À force de faire venir du matériel et m’apercevant qu’il n’y avait pas grand-chose ici, j’ai décidé d’ouvrir un magasin pour mieux répondre à la demande des gens ». À Hochelaga, un autre magasin du nom d’Arc élite a aussi pignon sur rue. Et dans Mercier même, ARTAM tir à l’arc Pierre Bédard a aménagé un site où il est possible pour les citoyens de pratiquer leur tir.

Importé de France

Héraclès archerie est au départ un magasin situé à Bordeaux en France. Fort de ses contacts dans le milieu, Daniel Delaby a offert à la maison-mère d’ouvrir une première succursale en Amérique. En plus d’être la troisième archerie en importance en France, Héraclès archerie commandite la Fédération Royale Marocaine de Tir à l’Arc.

Le magasin fait la vente d’arc, mais aussi de tout ce qui à trait au tir. En plus des arcs déjà assemblés, plusieurs accessoires sont vendus en pièces détachées, tels que les viseurs ou les branches d’arc offertes en différents formats de grandeur.

Les clients qui fréquentent Héraclès archerie proviennent d’horizons variés. « Au départ, on était surtout connu pour le tir de compétition. Mais progressivement il y a des gens qui viennent nous voir pour la chasse et aussi pour du tir traditionnel », explique le propriétaire. Au Québec, on compte 4000 archers associés à la Fédération de tir à l’arc du Québec.

Viser juste

C’est une chose de s’intéresser aux arcs, mais encore faut-il pouvoir tirer. Une cible d’essai a ainsi été emménagée à même le magasin pour permettre aux gens d’essayer les différentes variétés d’arcs et d’arbalètes.

Depuis son ouverture, les affaires sont bonnes. Mais pour être rentable, Daniel Delaby a décidé de se concentrer exclusivement sur la vente après avoir envisagé la location de matériel. Il justifie ce choix par le coût des assurances pour couvrir la location des accessoires. « Le coût d’assurance pour la location revient quasiment au prix d’achat du matériel », explique-t-il.

Vos commentaires
loading...