Publicité

Une centaine de leaders dévoilent leurs ambitions et leurs préoccupations pour l’Est de Montréal

Communiqués
(photo: Stéphane Desjardins - Archives du Journal de Mercier-Est)
(photo: Stéphane Desjardins – Archives du Journal de Mercier-Est)

Le 10 avril dernier, à la Maison du Citoyen de Pointe-aux-Trembles, une centaine de leaders de l’Est de Montréal ont dévoilé leurs ambitions et leurs préoccupations pour l’Est de Montréal. Sous le chapeau du CDEM (Comité de développement de l’Est de Montréal), ce regroupement a vu le jour après les événements entourant la fermeture de la raffinerie Shell qui avait provoqué une mobilisation sans précédent. Depuis, ils ont travaillé à bâtir ensemble un plan d’action qui permettra une vision commune et des actions concertées pour promouvoir, consolider et favoriser le développement de l’Est de Montréal pour les trois prochaines années. La présidente du CDEM, Nicole Léger, et les coordonnateurs des différents groupes de travail du comité, Robert Coutu, Christine Fréchette, Malika Habel et Carole Poirier, ont tour à tour exposé les grands axes de ce plan d’action ambitieux.

Devant plusieurs leaders de l’Est de Montréal, Nicole Léger a souhaité remémorer aux participants l’origine du CDEM, rappelant au passage sa mission, ses valeurs et ses objectifs « Ce plan d’action qu’on vous présente aujourd’hui s’appuie sur des années de concertation entre partenaires œuvrant dans différents secteurs d’activités, à la suite d’une grande mobilisation pour revitaliser l’Est de Montréal. S’appuyant sur des enjeux communs et des priorités d’action, nous souhaitons mettre en place les meilleures pratiques qui soient afin de faire de l’Est de Montréal une région fière, forte et concurrentielle », relate Madame Léger, fondatrice du CDEM et députée de la circonscription de Pointe- aux-Trembles.

De son côté, la mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, se dit fière d’accueillir un tel événement « Pour sa valeur historique et patrimoniale, il n’y a pas meilleur endroit que celui de la Maison du Citoyen pour jeter les bases du plan d’action du CDEM. De plus, à quelques mètres de nous seulement se trouve l’un des plus grands fleuves du monde, un atout joyau de notre région, le fleuve Saint-Laurent. La mise en valeur du territoire s’inscrit directement dans les grands objectifs du comité. Ainsi, le fleuve représente un actif naturel tout autant que stratégique, agissant comme un axe fluvial pour nos échanges économiques et commerciaux, tout en ayant un immense potentiel de développement récréotouristique. Il est donc nécessaire de mettre temps et temps et énergie à faire la promotion de nos atouts et c’est ce que le CDEM s’active à mettre en œuvre », indique Madame Rouleau.

Développement territorial

Pour le coordonnateur du groupe de travail sur le développement territorial, Robert Coutu, il est important de réunir les conditions favorables à l’attraction et à la rétention des investissements « Le développement territorial est la base de l’action stratégique de l’Est de Montréal. C’est d’ailleurs dans le contexte historique de l’annonce de la fermeture de la raffinerie Shell à Montréal-Est, en 2009, qu’a surgi cette grande mobilisation des leaders de l’Est en faveur du développement de son territoire. Notre région s’appuie sur un large territoire et sur une économie diversifiée. En profitant de ces ressources et en favorisant un développement intelligent, nous souhaitons nous démarquer durablement. Pour positionner l’Est de la métropole comme région attractive, nous devons travailler en concertation afin de surmonter certains obstacles au développement, par exemple, la qualité de nos infrastructures et la décontamination des sols », relate Monsieur Coutu, également maire de la Ville de Montréal-Est.

Transport et logistique

Un des enjeux majeurs qui concerne le CDEM est celui du transport des personnes et des marchandises « La mobilité des personnes, des marchandises et des matières, par des modes de transport actifs, collectifs, routiers, ferroviaires, fluviaux, par câbles ou par pipelines, doivent permettre de renforcer l’Est comme pôle logistique incontournable. Dans le transport collectif, il faut veiller à l’efficacité et à l’harmonisation d’une variété de modes de transport, notamment, par une augmentation substantielle de l’offre en facilitant l’accessibilité. L’Est de la métropole regorge d’infrastructures stratégiques, que ce soit par son accès direct au fleuve, ses installations portuaires, ses réseaux routier et ferroviaire ainsi que ses lignes d’approvisionnement énergétique. Il faut en faire la promotion et les exploiter à leur juste valeur. Des investissements en transport collectif dans l’Est de Montréal sont essentiels et il est important de ne pas créer un déséquilibre avec l’ouest de Montréal qui vient de recevoir tout un coup de pouce avec le REM », souligne Christine Fréchette, coordonnatrice du groupe de travail sur le transport et la logistique et présidente-directrice générale de la Chambre de commerce de l’Est de Montréal.

Entrepreneuriat, emploi et savoir

Un autre aspect qui interpelle les leaders de l’Est de Montréal est celui de l’entrepreneuriat et de l’emploi. «Inculquer des valeurs entrepreneuriales et mettre de l’avant une culture du savoir constituent le vecteur du succès de nos entreprises privées. Parce que nous croyons que l’éducation est une richesse collective, l’adéquation entre la formation et l’emploi devient essentielle pour propulser notre économie, et ce, en maintenant l’innovation au cœur de nos préoccupations. Un de nos objectifs est de miser sur une économie circulaire et de promouvoir l’adoption de pratiques durables. Nous voyons déjà une multitude de projets structurants où des entreprises d’économie sociale et privées s’allient comme partenaires et établissent des collaborations à grande échelle », ajoute Malika Habel, coordonnatrice du groupe de travail sur l’entrepreneuriat, l’emploi et le savoir et, également, directrice générale du Collège de Maisonneuve.

Qualité du milieu de vie

La qualité du milieu de vie s’insère dans le quotidien des citoyens, résidents, travailleurs et visiteurs. Pour la coordonnatrice du groupe de travail, Carole Poirier, il faut rendre ce milieu sain, sécuritaire et vivant « L’un des enjeux qui nous préoccupe grandement est celui de la qualité de vie et de la santé globale. L’Est de la métropole est malheureusement déclassé dans la plupart des indicateurs de santé publique. Il faut parvenir à défaire ce genre de donnée. Soyons proactifs et mettons la main à la pâte dans le développement d’un milieu de vie sain, complet et dynamique. L’amélioration des services de proximité, la salubrité des logements, la sécurité alimentaire et la protection de l’environnement sont autant d’éléments sur lesquels notre groupe de travail orientera ses interventions dans les prochaines années », termine Carole Poirier, députée d’Hochelega-Maisonneuve.

Un outil de prise en charge collective

La présidente du Comité de développement de l’Est de Montréal a conclu l’événement en positionnant le CDEM comme acteur incontournable pour l’ensemble des décideurs « Depuis ses débuts, le CDEM n’a cessé de voir son réseau de membres croître. Nous constatons beaucoup d’intérêt pour le comité et cela est familier à notre mixité de partenaires et à notre capacité à faire consensus. Que ce soit par le partage d’expertise qu’il permet, par son influence, par les synergies qu’il crée, par la mise en place d’initiatives créatives ou par sa capacité à faire émerger des projets novateurs, le CDEM est un vecteur de changement. Nous interpellons, aujourd’hui, les instances décisionnelles pour leur dire que l’Est de Montréal bouge, a des ambitions, a aussi des grandes préoccupations et veut se faire entendre », conclut Madame Léger.

 

Source : Bureau de Nicole Léger, députée de Pointe-aux-Trembles

Vos commentaires
loading...