Publicité

Des immigrants s’évadent à la Longue-Pointe (4 de 7)

Histoire
L’article dans l’édition du 28 juillet 1904. (photo : capture d’écran du journal La Patrie, BAnQ)
L’article dans l’édition du 28 juillet 1904. (photo : capture d’écran du journal La Patrie, BAnQ)

En juillet 1904, 34 immigrants arrivés par bateau se voient interdire l’entrée au Canada, puisqu’ils sont atteints d’une maladie contagieuse.

Les hommes étaient renfermés dans les flancs du vapeur Lake Simcoe, de la Canadian Line Limited, une nouvelle compagnie de navigation. Ils ne passèrent pas l’examen médical une fois arrivé au Québec.

Alors qu’on pensait avoir un œil sur eux, les immigrants ont réussi à prendre la fuite du Palais de justice. Une enquête a été ouverte. Huit des trente-quatre immigrants en cavale ont été retrouvés. Le plan de faire s’enfuir les Syriens à leur arrivée à Montréal aurait été comploté.

Voici le quatrième volet de cette histoire :

Le Dr A. K. Malouf proteste contre le rôle qu’on lui attribue

Le Dr A. K. Malouf est très indigné de ce qu’a publié sur son compte, hier, un journal du soir, à savoir qu’il aurait examiné les immigrants syriens du Lake Simcoe et soutenu qu’ils n’étaient nullement malades pour faciliter leur débarquement.

Quant à la vente d’immigrants par son frère, M. Malouf, à M. Kouri, ce serait encore une histoire à dormir debout, inventée par des envieux et des jaloux. Comme l’annonçait La Patrie d’hier, une plainte en correctionnelle a été portée contre M. K. Boulad, à la demande de M. Éloes Tenas, pour chantage. L’accusé aurait demandé à d’autres et au plaignant la somme de 50,00 $ piastres pour l’empêcher de les accuser. La Cour aura à se prononcer sur le cas.

Sous bonne escorte

Deux autres Syriens qui se sont échappés du Palais de Justice lundi ont été rattrapés. Ils étaient à la gare Windsor. Ils sont allés rejoindre leurs compagnons au Lake Simcoe sous bonne escorte.

À lire la semaine prochaine : Des immigrants s’évadent à la Longue-Pointe (5 de 7)

Vos commentaires
loading...