Publicité

Les citoyens se plaignent de la circulation du Faubourg Contrecoeur

Transport, Vie de quartier
La limite de vitesse indiquée sur ce tronçon de la rue Contrecoeur a beau être de 30 km/h, certains usagers de la route circulent bien au-delà de cette vitesse, selon des membres du Comité citoyen du Faubourg Contrecoeur.
La limite de vitesse indiquée sur ce tronçon de la rue Contrecoeur a beau être de 30 km/h, certains usagers de la route circulent bien au-delà de cette vitesse, selon des membres du Comité citoyen du Faubourg Contrecoeur. (photo: Marie-Eve Cloutier)

En assemblée de consultation sur le développement de la zone commerciale, mercredi soir (21 juin), de nombreux citoyens se sont vidés le coeur concernant les problèmes de circulation, de stationnement et de transport en commun dans et autour du Faubourg Contrecoeur.

«La circulation a fortement augmenté dans la rue Eugène-Achard et les rues environnantes, a tonné un citoyen manifestement excédé. On subit la circulation de transit des citoyens du Faubourg. On se plaint depuis des années et rien ne bouge!» Les fonctionnaires présents ont révélé que l’arrondissement a effectué des études de circulation dans toutes les rues au nord de Sherbrooke et au sud d’anjou, du Faubourg jusqu’à Saint-Donat. Ils vont répéter l’exercice une fois que le développement du Faubourg sera terminé, afin d’implanter des mesures correctrices appropriées. De nombreux citoyens ont manifesté leur mécontentement de devoir encore attendre plusieurs années avant que ça change.

Le feu de circulation, angle Contrecoeur et Sherbrooke, et l’absence d’un panneau d’arrêt, angle de Grosbois et Contrecoeur, en ont mécontenté plusieurs. Ce sont les mêmes doléances exprimées lors d’une autre assemblée de consultation, tenue au même endroit, il y a deux ans! Les citoyens avaient l’impression qu’on ne les écoutaient pas plus hier. Le fonctionnaire responsable de la circulation à l’arrondissement a pourtant multiplié les explications. Le maire de l’arrondissement, Réal Ménard, a fini par promettre une rencontre avec le comité des citoyens du Faubourg Contrecoeur.

D’Alcatara

La vitesse sur la rue de Contrecoeur, entre Sherbrooke et Claude-Masson, en préoccupe plusieurs. Notamment les parents qui traversent entre l’esplanade MacLaren et le parc Carlos-d’Alcantara. Aucune traverse prioritaire piétonne n’existe à cet endroit. Les fonctionnaires ont expliqué qu’il a fallu attendre à ce printemps pour que l’imbroglio juridique entre la Ville de Montréal et le liquidateur de la firme Catania se résolve à cet endroit. Ils ont maintenant les coudées franches pour installer des mesures de mitigation du trafic. Dans quelques semaines, on installera des saillies temporaires pour rétrécir la chaussée, ainsi que du marquage au sol. On envisage, à long terme, plusieurs types d’ouvrages, dont un rehaussement de la chaussée sur une grande surface pour mieux identifier le passage piétonnier. Le passage de la ligne 26 ne permet pas l’installation de dos d’ânes.

Transports en commun et actifs

Plusieurs résidents du Faubourg se plaignent du trop grand nombre de voitures en autopartage du service Automobile de Communuato, qui réduit la disponibilité des places de stationnement sur rue, selon eux. Pourtant, un tel service permet de réduire considérablement le nombre de voitures stationnés dans les secteurs desservis.

Plusieurs se sont plaint de la fréquence trop faible de l’autobus 26. Le maire Ménard a promis de transmettre leurs doléances à la STM. «Il faut faire plus, a renchéri un citoyen. Si vous voulez que les gens réduisent leur dépendance à l’automobile, il faut améliorer l’offre de service du transport en commun dans le Faubourg », a-t-il ajouté sous les applaudissements.

Plusieurs ont souligné l’absence de lampadaire, angle Anne-Courtemanche et Claude-Masson. Les élus ont promis d’y voir.

À lire aussi
Autobus: 142 départs en mois dans Mercier-Est
La sécurité routière inquiète au Faubourg Contrecoeur

 

Vos commentaires
loading...