Publicité

Le caucus montréalais du PQ prend position sur la Cité de la logistique

Économie, Politique
Maka Kotto, député du Parti québécois dans Bourget. (Photo : Anne-Marie Tremblay)
Maka Kotto, député du Parti québécois dans Bourget. (Photo : Anne-Marie Tremblay)

L’Est de Montréal a déjà donné. « Assez, c’est assez! », estime Maka Kotto. Ainsi, le député de Bourget joint sa voix à celle des trois autres députés du Parti québécois à Montréal pour déposer un mémoire sur la future Cité de la logistique, demandant que ce projet soit revu à la faveur des citoyens.

« Pour le présent et le futur de cette population de l’Est de Montréal, nous estimons que ce projet, sous sa forme actuelle, aggraverait les diverses nuisances avec lesquelles est aux prises la population des quartiers concernés par le projet. Il nous apparaît qu’il doit être revu de façon à générer une véritable croissance économique dans un environnement sain et enrichissant pour tous », mentionne le document signé non seulement par Maka Kotto, mais aussi par Carole Poirier, députée d’Hochelaga-Maisonneuve, Nicole Léger, députée de Pointe-aux-Trembles et Jean-François Lisée, élu dans Rosemont et chef du Parti québécois.

Car, si les élus de veulent pas freiner le développement économique, ils remettent en question la nature du projet et sa plus-value sur l’Est de Montréal, qui « a un urgent besoin de projets structurants, mais des projets qui doivent concilier les besoins des résidents, les besoins environnementaux et ceux de l’entreprise. Ils doivent être élaborés, comme c’est le cas de la future Cité de la logistique, avec les citoyens et les citoyennes. »

Les députés souhaitent donc devenir l’écho des revendications des citoyens à l’Assemblée nationale, a ajouté Maka Kotto, lors d’un bilan avec la presse locale. Il explique avoir rencontré le Collectif en environnement Mercier-Est et s’être rendu à leurs arguments, ainsi qu’à ceux des citoyens subiront les conséquences de ce projet. « Il faut prendre en compte les critiques qu’ils formulent face à ce projet. Les gens ne sont pas fermés à ce qu’il y ait un développement économique, mais, c’est plutôt la gestion des flux physiques, autrement dit la logistique, qui inquiète. Peut-on envisager les choses différemment? »

Ce n’est pas la première fois que des élus du Parti québécois se prononcent au sujet de ce projet. En février dernier, les députés Maka Kotto et Carole Poirier avaient demandé au ministère des Transports de modifier le tracé du prolongement de l’avenue Souligny pour qu’il emprunte plutôt l’axe sud du nouveau boulevard l’Assomption pour rejoindre la rue Notre-Dame, rappelle le mémoire. Une façon d’éloigner la route et ses nuisances des résidences.

En cours d’année, les députés étaient sortis publiquement, dénonçant le fait que l’Est de Montréal était « abandonné par le gouvernement libéral ». Rénovation de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont et prolongement du métro qui se font attendre, manque de financement du logement social et des programmes de décontamination des sols figuraient parmi la liste de leurs doléances. Depuis, dans certains de ces dossiers comme le prolongement de la ligne bleue du métro, certains pas ont été faits. Lors d’une mise à jour de cette liste, le projet de la future Cité de la logistique pourrait s’ajouter, a laissé sous-entendre Maka Kotto.

Vos commentaires
loading...