Publicité

Montréal veut réduire les limites de vitesse sur son territoire

Transport
La Ville de Montréal veut réduite les limites de vitesse à 30 km/h sur les rues résidentielles. (photo : Marie-Eve Cloutier)
La Ville de Montréal veut réduite les limites de vitesse à 30 km/h sur les rues résidentielles. (photo : Marie-Eve Cloutier)

La Ville de Montréal souhaite harmoniser et du coup réduire les limites de vitesse sur son territoire.

Le maire Denis Coderre a présenté aujourd’hui la nouvelle stratégie de déploiement des limites de vitesse sur l’ensemble du territoire qui fait partie de la « Vision Zéro » de la métropole en termes de décès et blessés graves, adoptée en 2016.

Dans certains secteurs, dans les rues locales des quartiers résidentiels, les zones scolaires, face aux terrains de jeux et dans les rues commerciales ayant une voie par direction, la limite de vitesse passera ainsi à 30 km/h.

Dans les artères des secteurs périphériques, la limite de vitesse serait fixée à 40 km/h, sauf exception (certains endroits seraient à 50 km/h). La vitesse dans les rues des secteurs industriels serait aussi limitée à 40 km/h.

Dans certaines rues du Vieux-Port, la vitesse serait limitée à même 20 km/h, alors que les autres rues de ce secteur seraient limitées à 30 km/h.

« L’objectif est d’harmoniser les limites de vitesse sur tout le territoire de la métropole. Il était nécessaire de poser un cadre clair pour encadrer les initiatives locales. Montréal, ce sont des quartiers distincts, mais c’est une seule ville. En matière de sécurité routière et de protection des usagers vulnérables, la cohérence des actions est primordiale. La ville-centre a développé une vision nette et propose un encadrement afin que tous les arrondissements l’adoptent à leur tour », a déclaré le maire Coderre, par voie de communiqué.

Dans certains secteurs, comme face aux terrains de jeux, la limite de vitesse passera à 30 km/h au lieu de 40 km/h, comme c'est le cas à certains endroits. (photo : Marie-Eve Cloutier)

Face aux terrains de jeux, la limite de vitesse passera à 30 km/h au lieu de 40 km/h, comme c’est le cas à certains endroits. (photo : Marie-Eve Cloutier)

À chaque arrondissement d’agir

Selon la Vision zéro de la ville, il n’en demeure pas moins que ce sera aux arrondissements d’adopter les règlements nécessaires pour la mise en place des nouvelles limites de vitesse, d’ici à la fin de l’année 2018. La signalisation sera par la suite déployée.

Dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, la limite de vitesse a déjà été abaissée dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve. Rappelons que l’arrondissement a annoncé en mars dernier que la vitesse permise sur les rues locales dans ce secteur allait passer à 30 km/h, dès le mois de juin.

Lors du conseil d’arrondissement d’avril, le maire Réal Ménard avait même évoqué la possibilité d’étendre cette nouvelle mesure jusque dans Mercier-Est. Un projet est présentement à l’étude.

Un changement de paradigme

La nouvelle de la réduction de la vitesse dans les rues de la métropole a été accueillie favorablement par plusieurs, notamment le Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM).

Le CEUM a tenu d’ailleurs à rappeler que la réduction de vitesse était réclamée par les Montréalais de tous les quartiers ainsi que part de nombreuses organisations mobilisées par l’enjeu de la sécurité.

« La réduction de la vitesse est la clé pour diminuer le nombre de morts et de blessés graves sur nos routes. C’est connu, le risque de décès d’un piéton frappé par une voiture circulant à 50 km/h est de 75 %, soit 7,5 fois plus élevé qu’à 30 km/h. Et ce chiffre augmente pour les piétons les plus vulnérables, comme les personnes aînées », a mentionné Véronique Fournier, directrice générale du CEUM.

Vos commentaires
loading...