Publicité

49 plaintes liés à l’embauche à la Ville de Montréal

Politique
(photo : Hôtel de Ville de Montréal - Jean Gagnon, Wikipédia)
(photo : Hôtel de Ville de Montréal – Jean Gagnon, Wikipédia)

Pas moins de 49 plaintes ont été enregistrées auprès de la Commission de la fonction publique de Montréal (CFPM) l’année dernière.

Puisque la CFPM a comme principal mandat de traiter les plaintes en matière de dotation en personnel, c’est donc de dire que 49 plaintes ont été enregistrées concernant un manquement aux règles et aux politiques de gestion de la main-d’œuvre de la Ville de Montréal.a

Seulement 10 des 19 arrondissements de Montréal sont visés par les plaintes, dont Mercier–Hochelaga-Maisonneuve (1), Rosemont–La-Petite-Patrie (2) et Le Plateau-Mont-Royal (1). Soulignons quand même que parmi les 49 plaintes, la grande majorité (81,6 %) a été jugée non fondée. Seulement quatre ont été retenues, alors que les cinq restantes ont été retirées.

« Il faut savoir que la Commission peut quand même émettre des recommandations même si une plainte a été jugée non fondée. Même si seulement quatre plaintes ont été fondées, il y a eu huit recommandations [pour l’année 2016]. Lorsqu’on voit qu’un processus peut-être amélioré par exemple, nous pouvons en faire la recommandation au service des ressources humaines », souligne Julie Pepin, présidente de la CFPM.

Par ailleurs, 25 cas de signalement ont aussi été enregistrés, mais sur les 13 qui ont fait l’objet d’une enquête, aucun dossier ne s’est avéré fondé. Encore ici, parmi les 12 signalements restants, deux cas ont été transférés au Bureau du contrôleur général de la Ville.

Diversité : des résultats à creuser

Si la composition des plaignants représente bien la proportion d’homme (65 %) et de femme (35 %) qui fait partie des effectifs de la Ville, on ne peut en dire autant pour les candidats appartenant à une minorité visible ou ethnique.

En effet, cette catégorie constitue 33 % des plaignants en 2016. Il s’agit plutôt d’une forte proportion si l’on prend en considération que seulement 17 % des effectifs disent appartenir à l’un de ces deux groupes.

Faut-il voir ici une forme de discrimination? Pas site vite, indique Julie Pepin : « Je veux comprendre ce chiffre-là. […] Sur les quelque 3000 processus de dotation qui ont eu lieu à la Ville de Montréal en 2016, je sais qu’il y a eu des centaines de milliers de postulants. On peut donc tenter aussi d’obtenir le profil des postulants et de mettre ce chiffre en relation avec le nombre de personnes qui ont postulé [pour voir s’il y a des liens à faire]. »

Sur les huit recommandations formulées par la présidente de la fonction publique, seulement deux n’ont pas été retenues par le service des ressources humaines. Dans un cas, il s’agissait d’une décision d’inadmissibilité qui avait été irrecevable de la part de la Commission ; dans l’autre, on demandait de dissocier la compétence « travail d’équipe » à celle de la « communication orale » sous la bannière de la « communication interpersonnelle », considéré plutôt comme étant deux dimensions d’une même compétence par les ressources humaines.

Vos commentaires
loading...