Publicité

Débat électoral : d’autres engagements

Politique
Chaque intervention était minutée, pour s'assurer d'être équitable envers tous les partis. (photo : Stéphane Desjardins)
Chaque intervention était minutée, pour s’assurer d’être équitable envers tous les partis. (photo : Stéphane Desjardins)

Que promettent les candidats s’ils sont élus lors des élections du 5 novembre? La suite de notre article sur le débat électoral, qui s’est déroulé le 17 octobre dernier.

En rappel, voici les candidats qui ont participé à la soirée.

  • Tétreaultville (Mercier-Est)
    Richard Celzi – Équipe Denis Coderre pour Montréal (conseiller sortant)
    Suzie Miron – Projet Montréal – Équipe Valérie Plante
  • Maisonneuve-Longue-Pointe (Mercier-Est et Mercier-Ouest)
    Laurence Lavigne Lalonde – Projet Montréal – Équipe Valérie Plante (conseillère sortante)
    Simon-Robert Chartrand – Équipe Denis Coderre pour Montréal
  • Louis-Riel (Mercier-Ouest)
    Karine Boivin-Roy – Équipe Denis Coderre pour Montréal (conseillère sortante)
    Isi Meza – Projet Montréal – Équipe Valérie Plante
  • Mairie d’arrondissement
    Réal Ménard – Équipe Denis Coderre pour Montréal (maire sortant)
    Pierre Lessard-Blais – Projet Montréal – Équipe Valérie Plante

Logement

Dans le dossier du logement, les deux formations politiques se sont engagées à soutenir l’implantation de logements sociaux dans l’arrondissement. « Nous nous sommes demandé ce qu’on pouvait faire, demain matin, pour améliorer le tout. Présentement dans l’arrondissement seuls les projets immobiliers de 100 logements et plus doivent inclure une part de logement social ou contribuer au fonds dédié à cet effet. Nous voulons abaisser cette limite aux immeubles de 5 logements ou plus. Ce qui peut s’appliquer dès le 6 novembre prochain », a expliqué Pierre Lessard-Blais.

Alors que l’équipe Denis Coderre a dévoilé cette semaine ses engagements en matière de logements, Karive Boivin-Roy a expliqué que son parti prévoit implanter 5000 logements sociaux lors d’un prochain mandat, dont 500 dans MHM. Les critères des programmes d’accès à la propriété seront assouplis, permettant d’élargir le nombre de personnes admissibles à ce programme d’aide et d’y inclure non seulement les premiers acheteurs, mais aussi les jeunes familles. « Nous passerons d’un budget de 6,5M à 17M$ par année et de 1650 à 2300 ménages subventionnés à Montréal », a expliqué la candidate. Idem pour le programme Accès-Logis qui sera maintenant géré par Montréal et qui sera plus généreux.

Sécurité et développement économique

Les membres de la formation dirigée par Valérie Plante sont intervenus à plusieurs reprises sur les questions de sécurité, autour des écoles, des résidences pour aînés, des traverses ferroviaires, dans les corridors scolaires, etc. Ce qui a fait sourciller le maire sortant. « Depuis 2005, toutes les écoles et les corridors scolaires de l’arrondissement ont été sécurisés », a-t-il tenu à rappeler. Projet Montréal dénonce aussi le fait que seules les intersections ayant fait l’objet d’un certain nombre d’accidents sont ciblées par des mesures de sécurisation avec l’Équipe Denis Coderre. Les candidats veulent remédier à cela s’ils sont élus.

Sur l’épineux dossier de la Cité de la logistique, le maire Réal Ménard a réitéré son engagement envers ce projet. Il a rappelé que son administration avait adopté un règlement permettant d’écarter les projets nuisibles à la qualité de vie aux citoyens. « Pour le seul projet présenté jusqu’à maintenant, nous avons pu refuser d’émettre le permis à l’entrepreneur qui voulait mettre des conteneurs dans la cour des gens », a-t-il affirmé. Le maire sortant a également expliqué qu’il avait conclu une entente avec Soverdi pour la plantation de milliers d’arbres dans le corridor de la rue Notre-Dame, entre Viau et l’autoroute 25 et qu’il négociait avec le CN pour diminuer le bruit.

Du côté de Projet Montréal, on se dit pour le développement de ce secteur qui compte 10 M de pieds carrés vacants entre Hochelaga-Maisonneuve et Mercier-Est. « Attirer des entreprises est essentiel dans l’arrondissement, mais pas n’importe lesquelles, ni n’importe comment, a souligné Laurence Lavigne-Lalonde. Nous voulons que le développement de l’Assomption Sud soit développé en collaboration avec les citoyens et ait des retombées positives sur eux. » Projet Montréal propose donc de transformer le boisé actuel en parc et d’implanter une zone commerciale au projet.

L’équipe a également multiplié les engagements, notamment celui de remettre le dossier du centre récréosportif sur les rails. En effet, Suzie Miron remet en question l’engagement de l’équipe de Réal Ménard de construire un centre communautaire dans Hochelaga au coût de 16M$. « Le problème de manque d’infrastructures ne se limite pas à ce secteur. Pourquoi ne pas voir comment répartir mieux cette ressource pour répondre aux besoins de tous », a-t-elle lancé. Laurence Lavigne Lalonde estime pour sa part qu’il faut non seulement investir pour créer de nouveaux aménagements, mais aussi les entretenir. Alors qu’elle a siégé à la Commission des finances et scruter le budget. Selon elle, c’est une question de rigueur budgétaire et de vision.

Les candidats ont également rappelé qu’ils voulaient doubler les heures d’ouverture des chalets de parc et offrir une portion du budget de la ville aux citoyens, pour qu’ils puissent créer des projets à leur image.

En savoir plus
– Débat électoral : engagements et bilan

Envie de voir et d’entendre les candidats? Vous pouvez regarder la diffusion sur Facebook préparée par le Journal de Mercier-Est, Pamplemousse.ca. Une première expérience menée avec nos maigres moyens. D’ailleurs, à cause de problèmes techniques, la vidéo a été scindée en deux parties.
Première partie
Deuxième partie

 

 

 

 

 

 

Vos commentaires
loading...